Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

L'article a été ajouté à votre bibliothèque

Mis à jour le 19/11/2020

COVID-19 : les recommandations et travaux de l'Anses

Mots-clés : COVID-19, Coronavirus

Face à la situation exceptionnelle générée par l’épidémie, l’Agence a adapté son organisation pour continuer à assurer ses missions de sécurité sanitaire. Elle apporte également son expertise dans les champs de compétences qui sont les siens - alimentation et nutrition, santé animale, santé au travail, etc. -  pour donner au public des repères utiles à l’organisation de la vie quotidienne et à la protection de sa santé dans la période. Découvrez l’ensemble des actions menées par l’Agence depuis mars 2020.

  1. Les recommandations pratiques
  2. Les travaux de recherche

Les coronavirus sont une famille regroupant de nombreux virus qui touchent plusieurs espèces animales. Certains de ces virus peuvent également atteindre l’Homme, ou lui être spécifiques. Les maladies qu’ils provoquent sont variées mais ils atteignent principalement les systèmes respiratoires et digestifs. Un nouveau coronavirus a été identifié en Chine à partir de fin décembre 2019. Récemment renommé SARS-CoV2, ce virus est responsable d’une maladie respiratoire qui peut avoir des formes graves chez l’homme, désignée comme COVID-19.

Lire notre article scientifique : les coronavirus chez les animaux


Les recommandations de l'Anses

Les mesures sanitaires instaurées pour lutter contre la propagation de l’épidémie de Codiv-19 bouleverse nos modes de vie. Sédentarité, hygiène alimentaire, utilisation de produits désinfectants. l’Anses alerte sur les pratiques à risques et propose des solutions pour préserver sa santé malgré les contraintes.

Quelles précautions prendre quand on déballe ses courses ? Faut-il cuire ses aliments pour détruire le virus ? Peut-on manger ses fruits et légumes crus après un simple lavage à l'eau ? L’Anses a examiné, sur la base des données scientifiques disponibles, les possibilités de transmission de la maladie Covid-19 par les aliments.Voici ses réponses aux questions les plus fréquentes
Lire notre actualité : Coronavirus - Alimentation, courses, nettoyage : les recommandations de l’Anses

Plusieurs cas de jeunes enfants ayant reçu une projection accidentelle de solution hydro-alcoolique dans les yeux suite à l’utilisation de distributeurs mis à disposition dans les magasins ou autres lieux recevant du public ont été signalés par des ophtalmologues et les Centres antipoison. Les cas les plus graves ont nécessité une hospitalisation voire une chirurgie au niveau de l’œil. Voici des conseils pour éviter ces accidents et en limiter la gravité s’ils surviennent.

Lire notre actualité : Solutions hydro-alcooliques : attention aux projections accidentelles dans les yeux des jeunes enfants

La vitamine D joue un rôle essentiel dans la qualité du tissu osseux et musculaire ainsi que dans le renforcement de notre système immunitaire. Dans le contexte actuel de l’épidémie de Covid-19, les défenses immunitaires peuvent être particulièrement sollicitées. Poissons gras, fromage, jaune d’œuf…la consommation de ces aliments riches permet d’assurer à notre corps un apport en vitamine D.

Lire notre actualité : Confinement : Assurer un apport suffisant en vitamine D grâce à l’alimentation

Chaque année, en France, environ un tiers des toxi-infections alimentaires déclarées surviennent au domicile. Durant cette période de confinement où l’ensemble des repas sont pris au domicile, les modes de stockage, de préparation et de consommation des aliments peuvent être modifiés. Il est donc essentiel d’appliquer, avec une attention plus soutenue, les bonnes pratiques d’hygiène dans la cuisine.

Lire notre actualité : Eviter les toxi-infections alimentaires en confinement : les bonnes pratiques

Les centres antipoison signalent de nombreux accidents domestiques et intoxication en lien avec le COVID-19. Le point sur la situation et les recommandations pour ne pas prendre de risques. Dans le cadre de la crise sanitaire liée au COVID-19, l’Anses et le réseau des Centres antipoison suivent avec attention les appels pour un motif associé au COVID-19. Ce recensement vise à identifier les situations à risque afin d’émettre des recommandations et alerter les pouvoirs publics.

Lire notre actualité : COVID-19 : attention aux intoxications liées à la désinfection et aux autres situations à risque

Réduction des déplacements, baisse de l’activité physique et augmentation des temps de sédentarité, déséquilibres énergétiques et alimentaires : le confinement préconisé pour combattre l’épidémie de Covid-19 peut être source de risques spécifiques pour notre santé. L’Anses s’est autosaisie afin d’émettre des recommandations pour atténuer les effets de cette situation particulière sur l’appareil locomoteur, cardiovasculaire et sur le métabolisme.

Lire notre actualité : Maintenir une activité physique et limiter la sédentarité : l’Anses adapte ses repères au confinement


Certaines plantes contenues dans les compléments alimentaires peuvent perturber les défenses naturelles de l’organisme en interférant notamment avec les mécanismes de défense inflammatoires utiles pour lutter contre les infections et, en particulier, contre le COVID-19. Les plantes visées par l’avis de l’Anses sont : le saule, la reine des prés, l’harpagophytum, le curcuma, les échinacées, le bouleau, le peuplier, la réglisse…

Lire notre actualité : L’Anses met en garde contre la consommation de compléments alimentaires pouvant perturber la réponse immunitaire

COVID-19 et huiles essentielles : non, les huiles essentielles ne constituent pas un moyen de lutte contre le coronavirus

Dans le cadre de la crise sanitaire liée au COVID-19, l’Anses et le réseau des Centres antipoison suivent avec attention les appels pour un motif associé au COVID-19. Ce recensement vise à identifier les situations à risque afin d’émettre des recommandations. Plusieurs origines de situations à risque ont été identifiées par les Centres antipoison dont l’utilisation des huiles essentielles.

Diverses circonstances particulières à risque ont été identifiées : auto-médication par utilisation d’huiles essentielles par voie orale pour « renforcer les défenses naturelles » et « lutter contre le coronavirus », pulvérisation d’huiles essentielles pour « assainir un espace clos » par une personne à risque (personne asthmatique), ou encore utilisation inappropriée pour désinfecter un masque chirurgical, par exemple.

L’Anses rappelle que les huiles essentielles ne constituent pas un moyen de lutte contre le coronavirus. Il est important de respecter les conditions d’utilisations de ces huiles (voie d’administration, dose, zone d’application…). L’Anses et les Centres antipoison recommandent aux personnes souffrant d’affections respiratoires (notamment les personnes asthmatiques), et aux femmes enceintes ou allaitantes, de ne pas utiliser des huiles essentielles. Avant tout usage, et en cas de question sur l’usage des huiles essentielles, demander conseil à un pharmacien.

 


Tous nos travaux

L'Anses mobilisée face au Covid-19
 

Recherche sur le Covid-19 : que fait l'Agence ?
 

Animaux domestiques et transmission du Covid-19
 

COVID-19 : pas de transmission par les animaux d’élevage et les animaux de compagnie

COVID-19 : pas de rôle des animaux domestiques dans la transmission du virus à l’Homme

COVID-19 : pas de rôle épidémiologique des animaux sauvages et domestiques dans le maintien et la propagation du virus en France

Modalités d'un plan de surveillance des visons
 

Surveillance sanitaire à mettre en œuvre pour le SARS-CoV-2 dans les élevages de visons
 

Prévenir l'exposition des travailleurs
 

Masques en tissu lavables de la marque DIM : évaluation des risques liés au traitement par des zéolithes d’argent et des zéolithes d’argent et cuivre

COVID-19 : prévenir l’exposition au virus en milieu professionnel

La lutte contre le Covid-19 ne doit pas occulter les risques liés aux épidémies de dengue qui sévissent dans les territoires français d’Outre-Mer
 

Limiter la présence du virus dans l'environnement
 

Covid-19 : les boues de stations d’épuration produites pendant l’épidémie ne peuvent être épandues qu’après hygiénisation

 


 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Télécharger notre to do list

 

 

↪ Télécharger notre infographie qualité de l'air intérieur