Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

L'article a été ajouté à votre bibliothèque

Mis à jour le 27/10/2017

Fièvre catarrhale ovine : le rôle de l’Anses

Présentation des actions de l'Anses dans la surveillance et la lutte contre la fièvre catarrhale ovine

Mots-clés : Fièvre catarrhale ovine (FCO), Bluetongue, Maladies animales, Santé animale

Depuis 2001, l'Anses participe activement à la surveillance et à la lutte contre la fièvre catarrhale ovine (FCO).Ces actions prennent différentes formes. A la demande de ses ministères de tutelle, elle produit régulièrement des évaluations des risques liés à cette maladie animale et des recommandations sur des mesures sanitaires et médicales à adopter. Au travers des missions de l’Agence nationale du médicament vétérinaire, l’Anses encadre la mise sur le marché des vaccins et participe à la surveillance des effets indésirables. Par ailleurs, l’Agence partage le mandat de Laboratoire national de référence FCO avec le CIRAD. A ce titre, elle travaille à l’amélioration continue des outils de diagnostic, à une meilleure connaissance de la maladie et elle apporte un appui scientifique et technique au ministère chargé de l’Agriculture. 

A travers ses activités d'évaluation du risque, de référence, de veille, de recherche et d’encadrement de l’usage des médicaments vétérinaires, l'Agence s'est forgée une expertise reconnue dans le domaine de la FCO. Se basant notamment sur les compétences disponibles, les structures dédiées et l’expérience acquise, l'Agence a mis en œuvre un ensemble de travaux permettant de faire face aux besoins en matière de diagnostic, de surveillance épidémiologique, de vaccinologie.

 

Evaluation des risques

L'Agence est régulièrement sollicitée par le Ministère chargé de l’Agriculture pour analyser la situation sanitaire, pour évaluer les risques liés à la FCO et pour proposer/évaluer des évolutions des mesures de surveillance et de lutte, à l'échelle nationale et parfois locale. Entre 2001 et 2011, 46 avis ont été rendus (en moyenne de cinq avis chaque année), généralement dans le mois qui suivait la demande. Ces avis ont permis d'identifier un certain nombre de besoins de recherche visant à une meilleure évaluation du risque et une meilleure maîtrise de la diffusion du virus. Plusieurs recommandations relatives à la surveillance, aux mesures de lutte et de prévention ont également été formulées.

Suite au début d'épizootie de FCO à BTV1 apparu en Corse début septembre 2013, un groupe d'expertise collective d'urgence (Gecu) a été créé pour répondre à des questions de la DGAl portant sur l'évaluation de mesures de gestion des foyers de FCO.

 

Référence

L'Anses et le CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) partagent le mandat de Laboratoire National de Référence (LNR) pour la FCO. Le laboratoire Anses de santé animale de Maisons-Alfort assure le diagnostic virologique (détection du génome viral par PCR, typage, isolement viral) tandis que le CIRAD UR15 de Montpellier prend en charge le diagnostic sérologique.

Dans le cadre de ses activités de référence, le laboratoire de santé animale de Maisons-Alfort développe des techniques de diagnostic par PCR et anime le réseau des laboratoires vétérinaires départementaux  pour le diagnostic moléculaire. La technique de PCR en temps réel, développée au laboratoire, a ainsi été décentralisée dans 65 LVD en moins de deux ans (2006-2008).

En collaboration avec trois industriels, le LNR a également participé au développement et à la validation de trousses commerciales pour la PCR quantitative (PCRq) afin d'assurer une diffusion rapide des kits de diagnostic dans les laboratoires départementaux agréés. Les deux laboratoires constituant le LNR FCO participent au réseau animé par le Laboratoire Communautaire de référence pour la FCO de l'Institute for Animal Health (IAH, Pirbright, Royaume-Uni).

L’expertise du Laboratoire de santé animale de Maisons-Alfort dans le domaine des arboviroses, et plus particulièrement de la FCO, lui a également permis de jouer un rôle de tout premier plan dans la mise au point d’outils de diagnostic vis-à-vis du virus Schmallenberg, au cours de l’hiver 2011-2012.

 

Surveillance épidémiologique, veille, information

En 2007, au plein cœur de la crise causée par le sérotype 8, a été mise en place la préparation d’un point épidémiologique hebdomadaire sur la situation européenne de l'épizootie de FCO, rédigé par l'unité d'évaluation des risques liés à la santé, à l'alimentation et au bien-être des animaux de la Direction de l'évaluation des risques et mis en ligne sur le site Internet de l'Anses. Cette initiative venait compléter le travail de recueil et d'actualisation régulière du nombre de cas, réalisé par la Direction générale de l'Alimentation (Ministère chargé de l'Agriculture), pour la France, et par le réseau européen de surveillance de la FCO (BTV-Net). Compte tenu de l’évolution de la situation sanitaire, des points épidémiologiques ont été régulièrement préparés jusqu’en 2010, mais à une fréquence moins élevée. 

Les scientifiques de l’Agence, et en particulier ceux du LNR FCO, assurent, depuis, une information régulière des professionnels de la santé animale, au travers de la presse spécialisée et d’interventions ponctuelles.

L’Anses est fortement engagée dans la Plateforme nationale de surveillance épidémiologique en santé animale, créée en 2011. Cette Plateforme a pour finalité de s’assurer de l’adéquation entre les dangers sanitaires présents ou qui menacent le territoire et les dispositifs mis en place pour surveiller ces dangers. Ses activités sont orientées vers des développements méthodologiques (évaluation de réseaux, infocentre) et la FCO est l’une de ses sept thématiques prioritaires définies pour 2012.

 

Médicament vétérinaire

L'Agence nationale du médicament vétérinaire (ANMV) évalue et le cas échéant délivre les dossiers nationaux et européens d'autorisation de mise sur le marché (AMM) de l'ensemble des médicaments vétérinaires. 

Actuellement, les quatorze vaccins disposant d'une AMM sont des vaccins inactivés contenant un seul sérotype (sérotype 1 ou 8) ou deux sérotypes (sérotypes 1-8 ou 2-4). Ils sont destinés aux bovins et/ou aux ovins et permettent de prévenir ou de réduire la virémie et dans certains cas, de réduire les signes cliniques causés par le virus de la FCO.