Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

Inauguration du nouveau bâtiment du Laboratoire de la santé des végétaux

L'actualité a été ajouté à votre bibliothèque

Actualité du 18/01/2012

Situé à Angers, au sein d’une métropole reconnue "pôle de compétitivité à vocation mondiale sur le végétal", le siège du Laboratoire de la santé des végétaux de l’Anses (LSV) a inauguré aujourd’hui son nouveau bâtiment. Rendu possible grâce aux soutiens de l’Etat (Ministère de l’agriculture), de l’Union européenne -via le fonds européen de développement régional géré par la préfecture de la Région des Pays de Loire- , du Conseil régional des Pays de Loire, du Conseil général du Maine et Loire, et de la communauté d’agglomération Angers Loire Métropole, cet ouvrage offre les conditions de travail attendues pour la fiabilité et le rayonnement des travaux de ce laboratoire national de référence. Il assure aux personnels des conditions de travail optimales en s’intégrant au mieux dans l’environnement local. Le nouvel espace scientifique permet d’accueillir en formation de jeunes chercheurs, des délégations étrangères ou les personnels d’autres laboratoires nationaux et européens.

Au même titre que les hommes et les animaux, les plantes peuvent voir leur santé affectée par divers agents pathogènes (virus, bactéries, vers parasites, champignons), mais aussi insectes ravageurs ou plantes envahissantes, avec d’importantes conséquences d’ordre économique pour les cultures ou en termes de préservation de la diversité des espèces. En tant que laboratoire national de référence pour la santé des végétaux, le LSV met au point des méthodes d'analyse et de dépistage et développe des recherches sur les organismes nuisibles réglementés ou émergents, nécessaires à la gestion des risques en santé végétale. Il apporte un appui technique et scientifique aux services de l'Etat. Il contribue au processus de coopération scientifique internationale en relation avec ses missions. Il anime un réseau de laboratoires agréés pour la mise en œuvre des analyses officielles sur les maladies réglementées et organise des essais inter laboratoires d'aptitude pour garantir la fiabilité de ce réseau. Le laboratoire couvre toutes les disciplines relatives aux risques biologiques pour la santé des végétaux : virologie, bactériologie, mycologie, OGM, nématologie, entomologie, plantes invasives ainsi que les ravageurs et agents pathogènes tropicaux. Il coordonne des travaux d’expertise et d’évaluation de risque dans son champ de compétence. Il réunit 80 agents, répartis sur 6 sites géographiques.
Le siège du LSV est situé à Angers, au cœur d’une métropole reconnue "pôle de compétitivité à vocation mondiale sur le végétal". Cette localisation, à la confluence de l’INRA, du GEVES (1), de l’INH (2), de la maison de la technopole et du futur Institut du Végétal permet au laboratoire de lier des coopérations avec la recherche tant régionale que nationale (INRA, universités, Ecole doctorale, GEVES-SNES, FREDON (3), organisations professionnelles, …).

Partenaire du pôle de compétitivité Végépolys, le laboratoire fait partie du comité technique pour la réalisation du Campus du Végétal, projet qui vise à rassembler physiquement toutes les équipes de recherche déjà constituées en unité mixte de recherche et fédérées dans l'Institut Fédératif de Recherche QUASAV (4), dans le but de regrouper les forces, développer les coopérations et accroitre l'efficacité.

Grâce à ce nouveau bâtiment, la station d’Angers dispose, sur une parcelle d’un hectare et demi, d’une surface nette bâtie totale de l’ordre de 4 200 m2, comprenant des locaux administratifs, des espaces permettant de traiter d’importants arrivages d’échantillons à analyser en cas de crise phytosanitaire, des laboratoires de confinement standard ou renforcé (NS2) selon les usages, un laboratoire de haut confinement biologique (NS3) permettant de manipuler en toute sécurité des organismes nuisibles de quarantaine non présents sur le territoire européen, des enceintes de culture de plantes et une zone de serre confinée (NS2).
Ces locaux de haute qualité architecturale et environnementale sont conçus pour répondre aux plus hauts standards en termes de biosécurité, pour assurer aux personnels des conditions de travail optimales, pour s’intégrer au mieux dans l’environnement local et pour minimiser leur empreinte écologique.

Un financement partagé

Cette opération immobilière d’un montant global de 12 millions d’euros a été rendue possible grâce aux soutiens de l’Etat (Ministère de l’agriculture), de l’Union européenne via le fonds européen de développement régional (FEDER) géré par la préfecture de la Région des Pays de Loire, du Conseil régional des Pays de Loire, du Conseil général du Maine et Loire et de la communauté d’agglomération Angers Loire Métropole.

Le LSV en quelques dates…

Créé en 1995, le Laboratoire national de la protection des végétaux (LNPV) était auparavant rattaché au ministère chargé de l’agriculture au sein de la Direction générale de l’alimentation (DGAL). Le 1er janvier 2011, le LNPV est devenu le Laboratoire de la santé des végétaux en rejoignant l’Anses. Cette intégration s'inscrit dans la logique de la séparation de l'évaluation et de la gestion des risques, entre l’agence de sécurité sanitaire et le ministère, comme cela est déjà le cas en santé humaine et animale. Elle fait suite aux conclusions des Etats généraux du sanitaire conduits par le ministre de l'agriculture en 2010 dans les domaines du végétal et de l'animal.

(1) Groupe d'étude et de contrôle des variétés et des semences
(2) Institut National d'Horticulture et de Paysage
(3) Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles
(4) Qualité et santé du végétal

Pour en savoir plus

> Dossier de presse - Inauguration du nouveau bâtiment du laboratoire de la santé des végétaux (pdf)
> Présentation du Laboratoire de la santé des végétaux
> La thématique Santé des végétaux