Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

Journée mondiale de la rage, l'Anses rappelle l'importance de la vigilance

L'actualité a été ajouté à votre bibliothèque

Actualité du 28/09/2011

A l'occasion de la journée mondiale de la rage, l'Anses rappelle les travaux qu'elle mène vis-à-vis de cette pathologie et souligne l'importance de la vigilance vis-à-vis de cette maladie animale transmissible à l'homme afin de détecter le plus précocement possible l'introduction de nouveaux cas sur le territoire.

Bien qu'aucun cas de rage du renard n'ait ait été constaté en France depuis 1998 grâce à l'efficacité des campagnes de vaccination orale de ces animaux qui ont permis d'éradiquer la rage dans cette population, la rage reste une menace pour notre territoire. En effet , des cas de rage canine apparaissent sporadiquement suite à l'introduction illégale de chiens en incubation de rage dans notre pays. Ce phénomène n'est pas nouveau, mais progresse, en dépit de nouvelles mesures européennes pour le contrôle des animaux aux frontières(1). La vigilance vis-à-vis de cette maladie animale transmissible à l'homme reste donc de mise, en particulier chez les vétérinaires, les médecins et les laboratoires en charge du diagnostic qui sont autant de maillons essentiels de cette vigilance.
Afin de mettre à leur disposition toutes les informations utiles pour rester en alerte vis-à-vis de cette maladie, le laboratoire Anses de la rage et de la faune sauvage à Nancy (Laboratoire de Référence de l'Union Européenne) envisage d'organiser en 2012 des actions d'information à destination de ces différents acteurs.

Pour mémoire, la rage est une maladie animale transmissible à l'homme (zoonose) causée par un virus. Présent dans la salive des animaux infectés, parfois même avant l'apparition des premiers symptômes, le virus est principalement transmis à un autre animal ou à l'homme par morsure. La salive d'un animal enragé au contact d'une plaie cutanée ou d'une muqueuse peut également provoquer une contamination. Selon l'Organisation mondiale de la Santé, la rage provoque près de 55 000 décès par an dans le monde, principalement dans les pays en développement, la plupart des cas de rage humaine résultant de contaminations par des chiens enragés présents dans des zones d'enzootie ou provenant de ces zones.

Que fait l'Anses vis-à-vis de la rage ?

Spécialiste de la rage animale, le laboratoire Anses de la rage et de la faune sauvage de Nancy joue, depuis 40 ans, un rôle prépondérant dans le système français de surveillance de la rage. Laboratoire national de référence, cette entité de l'Anses réalise le diagnostic de rage sur animaux n'ayant pas contaminé l'homme et est également à la tête du réseau national de surveillance et de suivi des infections des chauves-souris par le virus rabique. En réponse à ces missions, il a analysé, en 2009, 413 prélèvements dont 279 provenant de chauves-souris et, en 2010, 280 prélèvements dont 202 provenant de chauve-souris.
Outre ces activités nationales, le laboratoire joue également un rôle majeur au niveau européen avec deux mandats de laboratoire européen de référence pour la rage et la sérologie de la rage. A ce titre, il joue un rôle de support technique et scientifique pour les laboratoires nationaux de référence des autres états membres, il améliore et harmonise les techniques utilisées dans le domaine du diagnostic et de la lutte contre la rage, il mène des recherches visant notamment à caractériser les souches recueillies au sein de l'Union, et enfin, il met en œuvre une veille et des actions d'information à destination des laboratoires nationaux des autres états-membres et de la Commission européenne.
Le laboratoire de Nancy est également chargé d'évaluer les performances des laboratoires mondiaux délivrant les certificats attestant, après examen sérologique, de l'efficacité de la vaccination pour les chiens et chats qui voyagent vers les pays indemnes de rage où les mesures de quarantaine ont été allégées (2).
Au niveau international, le
laboratoire Anses de la rage et de la faune sauvage est laboratoire de référence de l'OIE pour la rage (Organisation mondiale de la santé animale), et à ce titre participe activement au développement et à la standardisation de méthodes diagnostiques.
Il est également centre collaborateur de l'OMS pour le management des zoonoses et participe ainsi à l'élaboration et à l'application des lignes directrices relatives à la rage et fournit une expertise scientifique sur les méthodes de contrôle de la rage animale.
Enfin, le laboratoire mène également des activités de recherche destinées à évaluer la pathogénicité des virus de chauves-souris circulant en France sur les carnivores domestiques et le renard.
En matière d'évaluation du risque, le comité d'experts spécialisé « Santé Animale » et ses groupes de travail ont été sollicités au cours des précédents épisodes de réintroduction de la rage canine (de 2004 en région Aquitaine, de 2008 en Seine-et-Marne). Ils ont par ailleurs émis en 2009 et 2010 quatre avis sur lesquels s'est appuyée la révision de la réglementation sur la rage. Enfin, ils ont contribué à la production d'un rapport de l'Agence entièrement consacré à la rage des chiroptères et publié en 2003.

Pour en savoir plus :

(1) Arrêté du 20 mai 2005 et réglement européen 998/2003
(2) Pour les animaux en provenance des pays tiers où la rage n'est pas contrôlée (pays non listés dans l'annexe 2 du règlement européen 998/2003) à destination de l'Union européenne ; et pour ceux circulant entre les États membres à destination des territoires de Malte, Irlande, Suède et du Royaume-Uni, la vaccination et le contrôle sérologique sont obligatoires.
Pour les animaux en provenance des pays listés dans l'annexe 2 du règlement européen 998/2003 et pour ceux circulant entre les Etats membres (hors Malte, Irlande, Suède et Royaume-Uni), seule la vaccination antirabique est obligatoire.