Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

Appel à candidatures d'experts

Mis à jour le 13/09/2018

L’Anses lance un appel à candidatures d’experts scientifiques afin de procéder à la constitution du groupe de travail « Ambroisie».

Du 30/08/2018 au 23/09/2018

Comme l’ont souligné de précédents travaux (Anses 2014), l’ambroisie émet un pollen fortement allergisant qui est facilement transportable sur de longues distances, constituant ainsi un enjeu de santé publique important. Très présente en Hongrie et au nord de l’Italie, l’ambroisie est également recensée dans la Vallée du Rhône en France. Des cartographies récentes ont mis en évidence une extension de la présence de la plante en France au cours des dernières années (Observatoire des ambroisies) qui pourrait continuer et toucher, d’ici 2050, tout le territoire national, augmentant ainsi l’impact sanitaire associé.

L’impact sanitaire de l’ambroisie à feuille d’armoise est régulièrement évalué en Auvergne-Rhône-Alpes, région française la plus touchée, par l’Agence Régionale de Santé (ARS). Selon une enquête téléphonique en population générale, la prévalence de l’allergie à l’ambroisie a été estimée entre 12,5% et 14,1% dans cette région, en augmentation depuis 2004. De fortes disparités départementales sont constatées. Les dépenses (incluant utilisation de médicaments, consultations, arrêts de travail) liées à cette allergie ont quant à elles été estimées entre 8,9 et 13,2 millions d’euros pour l’année 2014 pour la seule région Rhône-Alpes. Des interrogations existent quant à l’impact sanitaire et économique lié à l’ambroisie à feuille d’armoise dans le reste du territoire français (hors Auvergne-Rhône-Alpes).

En conséquence, le troisième Plan national santé-environnement (2015-2019) prévoit des mesures pour la surveillance et l’évaluation de l’ambroisie en France. Le décret n°2017-645 du 26 avril 2017 définit les mesures destinées à prévenir l’apparition de l’ambroisie ou lutter contre sa prolifération et dont l’application est placée sous la responsabilité des préfets après avis du CODERST et de l’ARS. Cependant, les outils actuels, tant législatifs que techniques, semblent insuffisants pour permettre la maitrise de la propagation et des impacts sanitaires de la plante.

Dans ce contexte, la Direction générale de la santé (DGS) a saisi l’Anses afin de :

  • Documenter la prévalence de l’allergie à l’ambroisie à feuilles d’armoise et son évolution au cours des dernières années en France et à l’étranger en fonction notamment du niveau d’exposition au pollen et du niveau d’infestation par la plante.
  • Identifier les éventuels mécanismes et facteurs associés à l’évolution différenciée de cette prévalence. Il pourra être question des facteurs intrinsèques liés à la plante (propagation sur le territoire) ou de facteurs extérieurs liés à l’activité humaine et au changement climatique pouvant favoriser la propagation de l’ambroisie.
  • Estimer la prévalence de l’allergie à l’ambroisie à feuilles d’armoise pour l’ensemble du territoire national et son évolution possible sur la base de scénarios d’évolution de l’état d’infestation qui seront proposés. Une distribution par département sera recherchée.
  • Evaluer le coût sanitaire des allergies à l’ambroisie à feuilles d’armoise sur l’ensemble du territoire national et son évolution possible tenant compte des mêmes scénarios d’évolution. Une distribution par département de ces coûts sera recherchée.

 

Afin de répondre à ces questions, un groupe de travail (GT) « Ambroisie » sera créé et rattaché au comité d’experts spécialisé (CES) « Evaluation des risques liés aux milieux aériens ». La finalisation des travaux du GT est prévue pour le premier trimestre 2020. Le GT comprendra une dizaine d’experts etse réunira en séance plénière avec une fréquence moyenne approximative d’une réunion toutes les six à huit semaines.Il est notamment attendu de la part de chaque expert de contribuer aux travaux d’expertise collective ainsi qu’à la rédaction du rapport associé.

Les personnes compétentes intéressées peuvent consulter en bas de page les informations relatives à l’appel à candidatures et aux compétences recherchées.

 

Les candidatures sont constituées de 4 documents :

 

Les candidatures seront déposées en ligne au plus tard le 23/09/2018 en suivant le lien https://dpi-declaration.sante.gouv.fr/dpi-webapp/app/candidature/index/gt-ambroisie-2996

A partir de ce lien, les candidats pourront :

  • déposer en ligne le formulaire de candidature/lettre de motivation, leur CV et la liste des travaux et publications scientifiques
  • compléter en ligne leur déclaration d’intérêts (nota : la déclaration d’intérêts sera rendue publique pour les experts retenus à l’issue du processus – Elle mentionne tout lien d'intérêts, directs ou indirects, avec les entreprises ou établissements dont les produits ou procédés entrent dans le champ de compétence de l'Agence, ainsi qu'avec les sociétés ou organismes de conseil intervenant dans ces secteurs. Voir infra le cadre déontologique de l’Anses).
  • consulter le guide simplifié pour candidater

Pour tout renseignement complémentaire, merci d’adresser vos questions par mail à l’adresse suivante : candidatures.gt-ambroisie@anses.fr

 

Pour en savoir plus :

Consulter les documents de référence sur la conduite de l´expertise à l´Anses :