Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

L’Anses lance un appel d’offres pour la réalisation d’études complémentaires sur le potentiel cancérogène du glyphosate

Le glyphosate est une substance active utilisée dans de nombreux produits herbicides, dont l’utilisation a été réapprouvée pour cinq ans par l’Union européenne en décembre 2017. Suite aux controverses sur le classement cancérogène du glyphosate, l’Anses lance un appel d’offres pour la réalisation de plusieurs études de toxicologie afin d’améliorer les connaissances sur le potentiel caractère cancérogène de la substance. Les résultats de ces études seront pris en compte dans le cadre de la prochaine réévaluation européenne du glyphosate.

Pour mieux comprendre les éventuels mécanismes d’action cancérogène du glyphosate et évaluer leur pertinence pour l’Homme, l’Anses lance un appel d’offre pour la réalisation des études suivantes :

  • Des tests in vitro visant à étudier sur des cellules humaines et animales, les effets qui pourraient être liés à un stress cellulaire suite à une exposition au glyphosate. Ces tests pourraient permettre d’identifier les voies moléculaires impliquées dans la réponse cellulaire. Les résultats permettront de mieux interpréter les autres tests recommandés et d’expliquer les résultats contradictoires observés dans la littérature.
  • Un test des comètes in vivo chez le rat et la souris (estomac, intestin, foie, rein et pancréas), couplé à un test du micronoyau ; ces tests pourraient permettre de clarifier le potentiel génotoxique du glyphosate. Les résultats viendront compléter les études déjà disponibles, ainsi que celles réalisées par le Programme national de toxicologie américain (National Toxicology Program).
  • Un test de transformation cellulaire couplé à la méthode « Transformics » ; ces tests pourraient permettre d’identifier in vitro les éventuels modes et mécanismes d’action cancérogène du glyphosate.

Les études demandées devront être conduites par des équipes de recherche indépendantes et dans des conditions rigoureuses d’expérimentation et de traçabilité. Au terme du processus de sélection, une convention sera signée entre l’Anses et le(s) candidat(s) sélectionnés.

Les résultats des études devront être disponibles sous 18 mois, soit au plus tard fin 2021 pour être soumis dans le cadre de la réévaluation de la substance active par l’Union européenne.

Les consortiums ou les équipes de recherche souhaitant prendre connaissance du cahier des charges doivent se connecter à la plateforme des marchés.

Le dépôt des dossiers est possible jusqu’au 15 octobre 2019 à 17h00.