Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail


    
        
                

			

  
    
    
    

Mis à jour le 21/03/2018

L’Anses présente au salon Pharmagoraplus deux conférences sur ses dispositifs de vigilance

Organisé par : Anses

Du 07/04/2018 au 08/04/2018

Lieu : Salon PharmagorPlus- Parc des Expositions, Hall 3- 1 Place de la Porte de Versailles, 75015 Paris

Public : Ouvert à tous

Les dispositifs de vigilance à l’Anses : une contribution de chacun pour un bénéfice collectif certain

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a, depuis plusieurs années, mis en place ou développé des dispositifs de vigilances sanitaires : pharmacovigilance vétérinaire (1999), nutrivigilance (2009), phytopharmacovigilance (2015) et toxicovigilance (2016).

Chaque dispositif répond à des objectifs et règles de construction précises. En santé humaine, un dispositif de vigilance est un système règlementaire de sécurité sanitaire basé sur la déclaration par les professionnels de santé, les usagers ou autres professionnels, d’événements indésirables ou inhabituels chez l’homme, liés à des produits, substances ou pratiques pouvant présenter un risque pour la santé humaine.

Le code de la santé publique demande aux professionnels de santé et aux fabricants de déclarer les cas d’intoxication dont ils ont connaissance. Au-delà de l’obligation règlementaire, il s’agit d’encourager chaque professionnel de santé (médecin, pharmacien, infirmière, kinésithérapeute, vétérinaire, biologiste, sage-femme, diététicien,…) à signaler les événements sanitaires indésirables portés à leur connaissance dans une démarche de santé publique.

L’objectif est un bénéfice collectif pour la santé des populations : l’identification et l’analyse des événements sanitaires indésirables, par l’Anses ou les réseaux de professionnels de santé, permet de détecter des signaux sanitaires, à des fins d’évaluation de risque et de prévention. Ces alertes déclenchent, de la part des ministères concernés, des actions et mesures visant à corriger la situation et prévenir de nouveaux épisodes du même type (information, enquête, retrait d’un produit de consommation…).

A l’occasion de PharmagoraPlus, Sandra Sinno-Tellier, médecin épidémiologiste à l’Anses, présentera les bénéfices de tels dispositifs à travers des exemples concrets issus du système de toxicovigilance (surveillance des intoxications par des champignons, des envenimations vipérines…). La toxicovigilance concerne les produits, ou agents de l’environnement, qui n’entrent pas dans le champ des autres vigilances nationales réglementées (pharmacovigilance, addictovigilance, cosmétovigilance, phytopharmacovigilance, nutrivigilance, etc.). Elle est essentiellement basée sur l’étude des cas rapportés au réseau des centres antipoison, dont les données peuvent également contribuer aux autres vigilances coordonnées par l’Anses ou l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Pour compléter cette présentation générale, Gwenn Vo Van Regnault, pharmacien à l’Anses, proposera, toujours à PharmagoraPlus, un focus sur le dispositif de nutrivigilance dont le rôle est d’identifier les effets indésirables liés à la consommation de compléments alimentaires, mais également d’aliments ou de boissons enrichis en substances à but nutritionnel ou physiologique (vitamines, minéraux, acides aminés, extraits de plantes,…), de nouveaux aliments et ingrédients, ou encore de produits destinés à l’alimentation de populations particulières (nourrissons, sportifs, patients souffrant d’intolérance alimentaire, etc.). Depuis la mise en place de son dispositif de nutrivigilance, l’Agence a reçu plus de 3200 signalements d’effets indésirables dont plus de 80% sont susceptibles d’être liés à la consommation de compléments alimentaires. De nombreux exemples viendront illustrer la présentation du dispositif et notamment des suites données à chaque contribution en termes d’évaluation de risques sanitaires.

 
7 avril, 10h50 - Sandra Sinno-Tellier, Les dispositifs de vigilance à l’Anses - Toxicovigilance et vigilances des centres antipoison : périmètre, organisation et exemples de travaux, (session Académie OTC).
 
8 avril, 15h30 - Gwenn Vo Van-Regnault, Les dispositifs de vigilance à l’Anses - Focus sur la nutrivigilance, (session Académie OTC).