Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

L’Anses présente ses priorités de travail pour 2015

L'actualité a été ajouté à votre bibliothèque

Actualité du 05/03/2015

Cette année est synonyme d’un élargissement du champ de compétences avec une nouvelle mission pour l’Anses : la délivrance des autorisations de mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques, matières fertilisantes et supports de culture à compter de juillet 2015. Parmi les nouveaux défis à relever : la mise en place d’un dispositif spécifique de vigilance pour être réactif en cas d’impact négatif des produits sur le terrain.

En parallèle, face aux nouvelles offres de produits et nouveaux modes de consommation, l’Agence poursuivra ses efforts pour mettre à disposition des consommateurs et des professionnels des recommandations utiles au quotidien, concernant la consommation de compléments alimentaires, les allergènes dans l’alimentation, l’impact des ondes et des objets connectés sur la santé des enfants, ou encore l’utilisation domestique des produits biocides.

Enfin, l’Anses jouera un rôle actif dans la concrétisation des nouveaux engagements de l’Etat en matière de santé publique : évaluation des perturbateurs endocriniens, actualisation des repères nutritionnels ou encore lutte contre l’antibiorésistance.

De nouvelles missions, des travaux d’expertise sur l’ensemble de ses thématiques, la mobilisation de ses réseaux de surveillance et de vigilance, pour une Agence utile à tous au quotidien. 

 

Nouvelles missions, nouveaux défis à relever

Dès le mois de juillet, l’Agence se verra confier de nouvelles responsabilités avec la délivrance des autorisations de mise sur le marché des produits phytosanitaires, des adjuvants, des matières fertilisantes et supports de culture, jusqu’alors du ressort du ministère en charge de l’Agriculture. Cette nouvelle mission s’accompagne de nouveaux défis : se doter d’une organisation interne efficace visant à concilier l’indépendance de l’expertise scientifique et la gestion des autorisations ; être en capacité de capter les signaux de terrain concernant les effets des produits autorisés. C’est dans ce cadre qu’un dispositif de phytopharmacovigilance, assurant le recueil de toutes les données disponibles sur l’impact de l’utilisation des produits, tant sur la santé humaine que la faune, la flore et les milieux de l’environnement, sera mis en place par l’Agence.

Au-delà de ce dispositif, l’Agence continuera à surveiller les effets des pesticides sur la santé humaine par le lancement d’études indépendantes. Les résultats de l’expertise sur les expositions des travailleurs agricoles aux pesticides et les conclusions de l’étude Pesti’home sur les utilisations domestiques des pesticides seront également disponibles courant 2015.

 

Surveillance et vigilance au programme de 2015

Surveillance et vigilance sont au cœur des activités de l’Agence. Ainsi, des expertises sont notamment attendues concernant la consommation de compléments alimentaires ayant provoqué des effets indésirables signalés dans le cadre du dispositif de nutrivigilance. Le rapport scientifique du réseau national de vigilance et de prévention des pathologies professionnelles, rnv3p, est quant à lui prévu pour le second semestre 2015.

En matière de nutrition, trois études sont en cours : l’étude de l’alimentation totale infantile, qui permettra de mieux connaître les contaminants chimiques auxquels les enfants âgés de moins de trois ans sont exposés par leur alimentation, et la troisième étude nationale des consommations alimentaires (INCA 3) dont les résultats permettront de poursuivre, modifier ou renforcer les priorités de la politique nutritionnelle en France. Enfin, dans le cadre de l’Observatoire de la qualité de l’alimentation (Oqali), des résultats sont attendus concernant les allergènes alimentaires.

Afin d’aider les consommateurs à se prémunir contre les risques liés aux nouvelles offres de produits et aux nouveaux modes de consommation, l’Anses publiera également plusieurs expertises relatives à l’impact potentiel des champs électromagnétiques et des objets connectés sur la santé des enfants, ou encore aux risques liés à la consommation d’insectes. Par ailleurs, elle publie aujourd’hui la mise à jour de son évaluation des risques sanitaires et environnementaux liés à l’exposition aux nanoparticules d’argent.

 

L’Anses mobilisée dans le cadre des nouveaux engagements de l’Etat

L’Anses se mobilise pour répondre aux nouveaux engagements de l’Etat en matière de santé publique. Plusieurs objectifs majeurs annoncés dans le Plan National Santé Environnement (PNSE 3), dans le projet de Loi de santé publique, ou encore dans la feuille de route faisant suite à la Conférence environnementale de novembre dernier, reposent sur l’expertise de l’Anses. Plusieurs avis et rapports sont attendus au cours de l’année, notamment dans le domaine de la santé environnement, concernant les perturbateurs endocriniens, la qualité de l’air ambiant et de l’air intérieur, les nanomatériaux, les champs électromagnétiques, les infrasons, etc.

La détection des signaux émergents, le perfectionnement de l’évaluation des risques et la volonté de mettre à disposition des consommateurs et des professionnels des recommandations utiles au quotidien, seront les trois mots d’ordre de l’Anses pour l’année 2015.