Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

Formulaire de recherche

La nutrivigilance, qu'est-ce que c'est ?

Depuis plusieurs années, la consommation de compléments alimentaires, d’aliments ou de boissons enrichis en substances à but nutritionnel ou physiologique (vitamines, minéraux, acides aminés, extraits de plantes…), mais aussi de nouveaux ingrédients et aliments et de produits destinés à l’alimentation de populations particulières augmente. L’offre et les circuits de distribution évoluent également. Ces produits, souvent considérés anodins par les consommateurs, peuvent dans certaines conditions, les exposer à des risques.

C’est dans ce contexte que l’Anses a été chargée de la mise en place d’un dispositif de nutrivigilance en juillet 2009. Son objectif est de surveiller la sécurité de ces produits dans leurs conditions réelles d’utilisation en recensant et analysant les effets indésirables pouvant être reliés à leur consommation. Découvrez ci-dessous le dispositif de nutrivigilance de l'Anses et les différents résultats des évaluations de risques qu’elle mène à partir de signalements d’effets indésirables reçus.

 

Compléments alimentaires à base de levure de riz rouge

21/08/2014

Mots-clés : Compléments alimentaires, Nutrivigilance, Cholestérol

La levure de riz rouge est une moisissure de couleur rouge cultivée sur du riz et utilisée dans de nombreux compléments alimentaires revendiquant le « maintien d’une cholestérolémie à un niveau normal ». L’Anses a reçu 25 signalements d’effets indésirables (majoritairement des atteintes musculaires et hépatiques) susceptibles d’être liés à la consommation de compléments alimentaires contenant de la levure de riz rouge. L’Agence considère que l’usage de ce type de compléments alimentaires contenant des monacolines peut exposer les consommateurs à des risques pour la santé, notamment ceux particulièrement sensibles du fait de prédispositions génétiques, de pathologies ou de traitements en cours, etc. Ainsi, l’Agence recommande de prendre conseil auprès d’un professionnel de santé avant de consommer ces produits. Elle précise que ceux-ci ne doivent pas être utilisés par les patients traités avec des médicaments à base de statines ni ceux ayant dû interrompre ces traitements suite à l’apparition d’effets indésirables (patients dits « intolérants aux statines »). Ils ne doivent pas non plus être consommés par les personnes sensibles, notamment les femmes enceintes et allaitantes, les enfants et adolescents, les sujets de plus de 70 ans ou atteints de certaines pathologies, ou encore les forts consommateurs de pamplemousse. 

L'article a été ajouté à votre bibliothèque

Pages

Articles