Formulaire de recherche

anses

Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement et du travail

Formulaire de recherche

L'article a été ajouté à votre bibliothèque

Mis à jour le 22/06/2016

Le point sur les mycotoxines

Présentation et rôle de l’Anses

Mots-clés : Contaminants de l'alimentation, Alimentation animale, Mycotoxines, EAT (Etude de l'Alimentation Totale), Risques chimiques

Les mycotoxines sont produites par certaines moisissures (ou champignons) sur les plantes au champ ou en cours de stockage. Plus de 300 d'entre elles ont été identifiées, mais seule une trentaine possède des propriétés toxiques réellement préoccupantes pour l'homme ou l'animal.

Les mycotoxines sont des contaminants naturels de nombreuses denrées d'origine végétale. Cela concerne notamment les céréales mais aussi les fruits, noix, amandes, pommes et les produits manufacturés issus de ces filières destinés à l'alimentation humaine. Elles sont également présentes dans les grains, fourrages et aliments composés destinés à l'alimentation animale et peuvent être retrouvées dans le lait, les œufs, les viandes ou les abats, si les animaux ont été exposés à une alimentation contaminée par les mycotoxines.

Généralement thermostables, elles ne sont pas détruites par les procédés habituels de cuisson et de stérilisation. Certaines mycotoxines ont une toxicité aiguë très marquée (exposition unique à une forte dose). Toutefois, en Europe, ce type d'exposition est exceptionnel chez l’homme et concerne plutôt les filières animales. L'exposition répétée à de faibles doses, voire très faibles doses (effets chroniques), est la plus redoutée pour l’être humain, en raison des habitudes alimentaires ainsi que du pouvoir de persistance de ces toxines.

Que fait l'Anses sur les mycotoxines ?

L'Agence a évalué les risques liés à la présence de mycotoxines dans la chaîne alimentaire aussi bien humaine qu’animale. Son objectif était de procéder à une revue des connaissances et d'approfondir plus particulièrement certains aspects notamment l'impact des mycotoxines sur  la santé publique et la santé animale. Fruit de ce travail, le rapport « Évaluation des risques liés à la présence de mycotoxines dans les chaînes alimentaires humaine et animale » publié fin 2009 présente un état des connaissances sur chaque famille de mycotoxines. Outre ce panorama détaillé, des recommandations en termes de recherche sur les risques liés à certaines de ces toxines et leur transfert dans les produits animaux ont été proposées.

A travers les études de l'alimentation totale (EAT), l'Agence cherche également à mieux caractériser l'exposition de la population française à certaines familles de mycotoxines telles que les Aflatoxines du groupe B, G et M, Ochratoxines, Patuline et toxines fusariennes (Fumonisines, Trichothécènes A et B, Zéaralénone…). Une première EAT (EAT1), publiée en 2005, a été menée sur la population des adultes et enfants, en collaboration avec l’INRA. En 2006, l’Agence s’est autosaisie pour mener une seconde étude (EAT2) afin de suivre les évolutions temporelles des niveaux d’exposition. Cette étude finalisée en 2010 a été publiée en 2011. Une nouvelle EAT centrée sur l’alimentation infantile (EATi) est en cours pour étudier l’exposition des enfants de moins de 3 ans les résultats sont attendus pour 2013.

Le laboratoire Anses de sécurité sanitaire des aliments de Maisons-Alfort est laboratoire national de référence pour les mycotoxines dans les denrées d’origine animale (groupe B3d selon l’Annexe I de la Directive 96/23/CE). Il procède à la coordination d’un réseau de laboratoires assurant des plans de surveillance de l'aflatoxine M1 dans le lait et les produits laitiers. Il développe des outils analytiques et conduit des plans de surveillance prospectifs pour évaluer les niveaux de contamination actuels en certaines mycotoxines à risque pour l’homme (ochratoxine A dans le sang et produits dérivés du sang de porcs et de volailles, ochratoxine A dans les abats de porc, aflatoxines des groupes B, G, M dans les laits infantiles).

Mycotoxines et alimentation animale 

Concernant l'alimentation animale, le laboratoire Anses de Ploufragan mène des recherches sur l'impact de la présence de mycotoxines sur la flore digestive des porcs.

Dans le cadre d'un appel à proposition de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), l'Agence et un consortium de partenaires- deux laboratoires de l'Inra, le CODA-CERVA en Belgique, l'IRTA en Espagne, l'ISPA en Italie- ont dressé un  état des lieux des agents de détoxication des mycotoxines. Ces substances, agissant comme ligants, appartenant à la catégorie des additifs technologiques, sont destinées à être ajoutées à l'alimentation animale afin de ne plus rendre biodisponibles certaines mycotoxines et ainsi d’en prévenir les effets néfastes .

Ce projet à permis de réaliser l'inventaire des ligants des mycotoxines, de décrire leur mécanisme d'action et d'identifier les critères pertinents pour évaluer leur efficacité et impact dans les études in vitro et in vivo. Il a ainsi permis de rassembler les informations scientifiques nécessaires à l'évaluation des risques et des bénéfices de ces produits en vue d’une utilisation en tant qu'additifs alimentaires pour les animaux d’élevage. Ce travail à contribué à la constitution de lignes directrices européennes par l'EFSA pour encadrer l’évaluation de ces produits.