Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

Les sciences sociales à l’Anses

L’Agence intervient régulièrement sur des sujets à fortes controverses où se conjuguent différents registres d’incertitudes (scientifiques, sociales, politiques, etc.). Pour mieux cadrer le contexte de certains travaux et documenter des dimensions utiles au processus d’évaluation des risques, l’Anses intègre les sciences humaines et sociales à l’expertise ainsi qu’aux appels à projets de recherche.

 

Présentation et finalités

L’ouverture de l’expertise à l’Anses porte aussi sur les champs disciplinaires utiles à la conduite de certaines expertises. Ainsi, le recours aux sciences humaines et sociales (SHS)  a été engagé depuis plusieurs années sur différents dossiers. Il est fondé sur :

La mobilisation des SHS s’appuie également sur   :

Les approches en sciences humaines et sociales visent une meilleure compréhension des comportements et positionnements des acteurs, des argumentations en présence, de leur historique et de leurs évolutions, des conditions de leur déploiement et de leur retentissement dans les situations de controverses et de crises. Elles contribuent également à apporter des éclairages sur des points critiques de l’expertise (e.g. effets du cadrage disciplinaire sur les résultats des travaux, caractérisation et évaluation des incertitudes dans le processus d’évaluation, procédures de validation des connaissances et du poids de la preuve, atouts et limites des approches quantitatives, etc.), ses limites de validité et de recevabilité. Elles produisent des éléments d’analyse sur les préoccupations « sociétales » entourant les questions sanitaires, tant en amont qu’en aval de l’expertise. 

Lorsqu’il s’agit de traiter des sujets particulièrement complexes et controversés comme par exemple ceux des radiofréquences, des nanomatériaux, des perturbateurs endocriniens, des pesticides, du bien-être animal, etc. les groupes d’experts mis en place intègrent des compétences en SHS. La sociologie, les sciences politiques, la psychologie, le droit, l’économie, l’histoire, la philosophie, les sciences de la communication etc. peuvent être ainsi mobilisées selon les sujets afin de compléter le corpus de connaissances utiles aux travaux et aux réflexions de l’Agence. 

Les sciences sociales sont également représentées au sein du Conseil scientifique et du Comité de déontologie et de prévention des conflits d’intérêts de l’Anses.

Enfin, différents événements (colloques, séminaires, journées d’étude) que l’Agence coordonne ou auxquels elle contribue sont l’occasion d’intégrer des contributions SHS aux réflexions sur le positionnement des  travaux de l’Agence et leurs enjeux. 

 

Pour en savoir plus

  • Une présentation résumée du double  du processus d’ouverture de l’expertise amorcé à l’Anses a été publiée dans le numéro 64 - 2012 de la revue Hermès et dans l’ouvrage coordonné par Adélie Pomade « L’expertise du haut conseil des biotechnologies : un facilitateur du dialogue sciences/société », collection de l’UMR de droit comparé de Paris, volume 34, 2014.