Formulaire de recherche

anses

Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

Formulaire de recherche

Les sciences sociales à l’Anses

L’Agence intervient régulièrement sur des sujets à fortes controverses où se conjuguent différents registres d’incertitudes (scientifiques, sociales, politiques, etc.). Pour mieux cadrer le contexte de certains travaux et documenter des dimensions utiles au processus d’évaluation des risques, l’Anses intègre les sciences humaines et sociales à l’expertise ainsi que  dans les appels à projets de recherche.

 

Présentation et finalités

L’ouverture de l’expertise à l’Anses porte aussi sur les champs disciplinaires utiles à la conduite de certaines expertises. Le recours aux sciences humaines et sociales (SHS)  a été engagé depuis plusieurs années sur quelques dossiers. Il est fondé sur :

  • de l'expertise interne (portée principalement par l'unité risques & société), 
  • de l'expertise externe (via la mobilisation d'experts de ces disciplines dans certains groupes de travail),
  • des collaborations/partenariats académiques formalisés par des conventions de recherche-développement,
  • des travaux de recherche en sciences sociales financés par les appels à projets de l’Anses. (Consulter les rapports)
  • Un réseau d’experts en sciences sociales travaillant dans ou pour des agences homologues au niveau européen (Consulter le site du Paris Risk Group

Différents travaux en sociologie ont été développés, grâce notamment aux partenariats établis avec des laboratoires et d’équipes de recherche. Ces approches sociologiques visent une meilleure compréhension des comportements et positionnements des acteurs, des argumentations en présence, de leur historique et de leurs évolutions, des conditions de leur déploiement et de leur retentissement dans les situations de controverses et de crises. Elles contribuent également à apporter des éclairages sur des points critiques de l’expertise (e.g. effets du cadrage disciplinaire sur les résultats des travaux, caractérisation et évaluation des incertitudes dans le processus d’évaluation, procédures de validation des connaissances et du poids de la preuve, atouts et limites des approches quantitatives, etc.), ses limites de validité et de recevabilité. Elles produisent des éléments d’analyse sur les préoccupations « sociétales » entourant les questions sanitaires, tant en amont qu’en aval de l’expertise. 

Lorsqu’il s’agit de traiter des sujets particulièrement complexes et controversés comme par exemple ceux des radiofréquences, des nanomatériaux, des perturbateurs endocriniens, des pesticides, du bien-être animal, etc. les groupes d’experts mis en place intègrent des compétences en SHS. La sociologie, les sciences politiques, la psychologie, le droit, l’économie, l’histoire, la philosophie, les sciences de la communication etc. peuvent être ainsi mobilisées selon les sujets afin de compléter le corpus de connaissances utiles aux travaux et aux réflexions de l’Agence. Les sciences sociales sont également représentées au sein du Conseil scientifique et du Comité de déontologie et de prévention des conflits d’intérêts de l’Anses.

Pour en savoir plus

  • Une présentation résumée du double  du processus d’ouverture de l’expertise amorcé à l’Anses a été publiée dans le numéro 64 - 2012 de la revue Hermès et dans l’ouvrage coordonné par Adélie Pomade « L’expertise du haut conseil des biotechnologies : un facilitateur du dialogue sciences/société » , collection de l’UMR de droit comparé de Paris, volume 34, 2014.

 

Principaux partenariats

Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive (GSPR) de l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS)

L’équipe dirigée par F. Chateauraynaud développe depuis de nombreuses années un programme de recherches sur les alertes, les controverses et les crises dont un des points d’application est formé par les dossiers sanitaires et environnementaux. Dans le cadre de ce programme d’observation sociologique unique en son genre, des instruments informatiques ont été mis au point permettant le suivi et l’analyse des dynamiques en jeu dans différents grands dossiers. La collaboration engagée depuis 2008 avec l’Afsset puis l’Anses a permis à la fois de documenter différents dossiers d’intérêts pour l’Agence (radiofréquences, nanotechnologies, OGM, amiante, BPA, pesticides, etc.) de manière à pouvoir mieux comprendre les processus de déploiement des alertes et des controverses en santé environnement dans lesquels s’insère la production de l’expertise. 

La convention triennale 2011-2014 en intégrant les outils, données et des concepts produits par cet observatoire vise 3 objectifs : 

  • fournir des éléments d’analyse sur des événements présents avec un recul suffisant, en termes de comparaison et de profondeur socio-historique, de façon à outiller adéquatement les dispositifs de dialogue de l’agence, tant en interne qu’avec la société et ses représentants, 
  • faire apparaître clairement les tendances de fond et les configurations transversales en montrant leurs impacts sur les politiques publiques 
  • contribuer à l’explicitation des conditions de production de l’expertise publique et de ses formes de contestation, lesquelles changent de nature et d’intensité en fonction des échelles visées par les acteurs. 

 

"Une pragmatique des alertes et des controverses en appui à l’évaluation publique des risques" Décembre  2014

 

Chaire développement durable de Sciences Po

La convention collaboration engagée avec la chaire vise principalement à nourrir le débat public sur les questions relatives aux modes de régulation des risques intégrant les jeux d’acteurs au plan international. Un colloque est co-organisé annuellement sur des sujets d’intérêts communs et réunissant scientifiques, décideurs, représentants associatifs et partenaires sociaux.

 

Centre de sociologie des organisations (CSO – Sciences Po /CNRS)

  • « Contribution opérationnelle des sciences sociales aux activités d’expertise en santé environnement : mise en perspective européenne »

Ce travail d’étude et d’analyse à visée opérationnelle (intérêt et condition de la mobilisation des sciences humaines et sociales dans les procédures d’expertise) a été engagé début 2011. Il vise à : 

  • identifier, et partager au sein de l’Agence, les types de connaissances que les SHS (principalement sociologie) sont susceptibles de produire et de mettre à disposition dans les procédures d’expertise ; 
  • enrichir la production d’expertise par de nouveaux éclairages susceptibles d’améliorer le processus de décision des pouvoirs publics en matière de gestion des risques ; 
  • constituer à l’échelle européenne une référence en matière d’association des SHS aux activités d’expertise.