Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

Mise en consultation de l’avis de l’Efsa sur le Bisphénol A : l’Anses transmettra ses commentaires d’ici le 13 mars

L'actualité a été ajouté à votre bibliothèque

Actualité du 17/01/2014

L’Efsa annonce aujourd’hui la mise en consultation de son projet d’avis relatif à l’évaluation des risques liés au bisphénol A (BPA) pour la population humaine. Dans cet avis, tout en soulignant le contexte de très forte incertitude scientifique, elle propose une baisse de la dose journalière admissible, établie à titre provisoire, en vue de prévenir les risques qu’elle considère comme faibles au regard de l’exposition des consommateurs. Parallèlement à la consultation publique, l’Efsa a sollicité les agences nationales ayant travaillé particulièrement sur le bisphénol A afin de recueillir leurs commentaires scientifiques. L’Anses engage un travail d’analyse afin d’y répondre, d’ici le 13 mars prochain, au regard du travail qu’elle a réalisé depuis 3 ans.

Dans le cadre de sa dernière évaluation des risques associés à l’exposition au BPA, l'Efsa a examiné plus de 450 études portant sur les risques potentiels pour la santé associés au BPA et a intégré dans son analyse les travaux récents réalisés par les agences nationales, dont l’Anses, sur cette question.

Elle publie aujourd’hui un projet d’avis assorti de propositions d’évolutions. Compte tenu de la complexité scientifique de ce sujet, l’Efsa met son projet d’avis en consultation auprès des parties prenantes intéressées jusqu’au 13 mars prochain et a souhaité plus spécifiquement recueillir l’avis détaillé des agences nationales ayant travaillé sur les risques liés à l’exposition au bisphénol A.

Dans son avis, l’Agence européenne identifie deux effets négatifs probables liés à son exposition et a également noté que des incertitudes subsistent quant à un certain nombre d'autres risques pour la santé, toutefois considérés comme moins probables. Estimant que l’exposition au BPA pose un faible risque pour la santé des consommateurs, l’Agence européenne recommande néanmoins que la dose journalière admissible soit réduite, afin de prendre en compte les nombreuses incertitudes scientifiques qui persistent sur ce sujet.

L’Anses souligne l’important  travail scientifique réalisé et transmettra à l’Autorité européenne d’ici le 13 mars prochain un avis détaillé, au regard du travail mené depuis 3 ans au plan national.