Formulaire de recherche

marianne anses

Plantes décoratives - leur ingestion peut être toxique pour les Hommes comme pour les animaux

L'actualité a été ajouté à votre bibliothèque

Actualité du 15/12/2020

Pendant les fêtes de fin d’année, le houx, le gui ou encore le poinsettia sont utilisées pour décorer les gâteaux, l’intérieur de sa maison ou son jardin. L’ingestion de baies ou de feuilles par les enfants ou les animaux peut s’avérer toxique et provoquer des symptômes plus ou moins graves en fonction des quantités consommées. En cas d’ingestion, l’Anses vous recommande d’appeler au plus vite un Centre antipoison.

Le houx : une plante toxique pour les Hommes comme pour les animaux

Les petites branches et feuilles de houx (Ilex aquifolium) sont souvent utilisées pour fabriquer des couronnes ou décorer les gâteaux de Noël. Les baies rouges qui ornent la base des feuilles peuvent être attractives pour les enfants qui les attrapent ou ramassent celles tombées au sol. Chaque année, les Centres antipoison reçoivent entre 60 et 80 appels pour des enfants de moins de 15 ans qui ont accidentellement mis à la bouche des baies de houx.  Près de 40% des cas surviennent au moment des fêtes de fin d’année entre décembre et janvier.

En pratique, bien que toxiques, les feuilles de houx, dures et bordées de piquants, sont rarement en cause dans les intoxications contrairement aux baies. Dans la grande majorité des cas, les enfants mettent à la bouche ou ingèrent une ou deux baies, ne provoquant pas de symptôme ou uniquement des troubles digestifs mineurs (nausées, vomissements, douleurs abdominales). En revanche, l’ingestion d’un plus grand nombre de baies peut générer des symptômes plus prononcés comme une salivation importante, des vomissements et diarrhées persistantes, voire une somnolence ou des convulsions.

Les feuilles et baies de houx sont également toxiques pour les animaux domestiques en cas d’ingestion (chien, chat…). Ils peuvent présenter des signes digestifs (diarrhée, vomissements…) voire neurologiques (somnolence, coma…) en cas d’ingestion d’une quantité importante de baies.

Le gui : une plante toxique pour les Hommes et parfois mortelle pour les animaux

D’autres plantes hivernales, comme les branches de gui (Viscum album) peuvent décorer la maison et les jardins au moment des fêtes. En cas d’ingestion, ses feuilles sont davantage toxiques que ses baies, de couleur blanche. Les Centres antipoison reçoivent une quarantaine d’appels par an concernant des enfants de moins de 15 ans qui ont porté à la bouche des feuilles ou baies, entre novembre et janvier pour les trois-quarts d’entre eux. La plupart des enfants ne présentent pas de symptôme ou des signes digestifs sans gravité (vomissements, diarrhée…), du fait d’ingestion d’un petit nombre de baies. Cependant, des troubles cardiaques (troubles du rythme cardiaque, baisse de la pression artérielle…) ou neurologiques (somnolence…) peuvent être observés en cas d’ingestion d’un nombre élevé de baies.

Les feuilles et baies de gui sont également toxiques, voire mortelles, si elles sont consommées par les animaux domestiques et les herbivores des pâturages comme les vaches, les moutons ou encore les chevaux.

Enfin, le Poinsettia (Euphorbia pulcherrima) ou “étoile de Noël”, dont les feuilles se parent de couleurs rouges ou plus claires à la fin de l’année, est une plante décorative très appréciée pendant les fêtes. La mise à la bouche d’une feuille peut provoquer des troubles digestifs sans gravité chez l’enfant. En revanche, chez votre animal de compagnie, le mâchonnement de plusieurs feuilles ou de tiges peut avoir des conséquences plus importantes : troubles digestifs, salivation excessive….

Que faire en cas d’ingestion ?

  • Si l’enfant a mis à la bouche des feuilles ou des baies de houx, de gui, ou d’autres plantes d’ornement : nettoyez-lui la bouche avec un linge mouillé, ne le faites pas boire et appelez un Centre antipoison.
  • En cas d’intoxication de votre animal, appelez un Centre antipoison vétérinaire.
  • Dans tous les cas, conservez l’étiquette ou une photographie de la plante pour en faciliter l’identification.

 

Numéros des Centres antipoison (24h/24, 7j/7)

ANGERS                02 41 48 21 21                                MARSEILLE          04 91 75 25 25

BORDEAUX          05 56 96 40 80                                NANCY                  03 83 22 50 50

LILLE                    08 00 59 59 59                               PARIS                    01 40 05 48 48

LYON                    04 72 11 69 11                               TOULOUSE           05 61 77 74 47

 

Numéros des Centres antipoison vétérinaires (24h/24, 7j/7)

LYON                          04 78 87 10 40

NANTES                      02 40 68 77 40