Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

Premier anniversaire de l'Anses

L'actualité a été ajouté à votre bibliothèque

Actualité du 01/07/2011

Il y a un an, l'Anses naissait de la fusion de deux agences existantes, l'Afssa(1) et l'Afsset(2). Cette fusion a fait émerger une instance scientifique indépendante prenant en compte de façon globale les enjeux de santé humaine, animale et végétale, en intégrant l'homme dans son environnement au sens large. Ce nouveau modèle, précurseur au plan international pour la transversalité de son champ de compétence vise à conjuguer la garantie d'une expertise en santé publique indépendante et l'ouverture sur les préoccupations de la société civile. A l'issue de sa première année d'existence, retour sur les grands chantiers qui ont rythmé le quotidien de l'Agence tant au plan institutionnel, que scientifique.

Une agence en ordre de marche

La création de l'Anses a été précédée d'une phase de concertation avec l'ensemble des parties prenantes qui a permis d'imaginer un mode de gouvernance originale, basée sur la logique des 5 collèges du Grenelle de l'environnement et faisant une large place à la société civile. Les premiers mois d'existence de l'Anses ont ainsi été notamment consacrés à la mise en place de cette gouvernance innovante. Le conseil d'administration et le conseil scientifique de l'Agence ont été créés dès le troisième trimestre 2010. Dans le même temps quatre comités d'orientation thématiques- santé environnement, santé travail, santé animale, ainsi qu'en santé alimentation et nutrition - ont été constitués. Innovation importante de la gouvernance de l'Anses, ces comités réunissent plus d'une centaine de parties prenantes autour des quatre grandes thématiques de l'Agence, et lui permettent d'être l'écoute de la société civile pour l'élaboration de ses priorités de travail et de rendre compte des résultats obtenus.
Dernière pièce du dispositif de gouvernance, le comité de déontologie et de prévention des conflits d'intérêt de l'Anses a été installé au cours du premier semestre 2011. Il est d'ores et déjà saisi de plusieurs dossiers de fond.

Une agence qui monte en puissance

Du point de vue de la production scientifique, la première année d'existence de l'Agence a également été bien remplie puisque près de 2000 avis et rapports ont été publiés. Par la qualité de ses travaux et les gages d'ouverture et de transparence qu'elle a donnés depuis sa création, l'Anses construit pas à pas sa place comme nouvel acteur de la sécurité sanitaire. Ses travaux sur les risques liés aux régimes amaigrissants, sur l'amiante environnementale, son implication dans la mise en œuvre du règlement Reach, ou encore les alertes qu'elle a émises sur des compléments alimentaires, remontées du nouveau dispositif de nutrivigilance, ou, dans un autre domaine, sur les dangers de certains types d'éclairage à LED sont autant d'illustrations des sujets de mobilisation de l'Agence pour sa première année d'existence. Enfin, la restitution le 30 juin des résultats d'une grande étude sur les apports nutritionnels et expositions alimentaires aux contaminants chimiques de la population en France conforte le positionnement de l'agence dans sa mission d'information sur des enjeux de sécurité sanitaire touchant la vie quotidienne des français.
Très récemment, dans le cadre de la crise sanitaire liée aux bactéries E. Coli O104 : H4 en Europe, l'Agence s'est largement mobilisée avec la mise à disposition par son laboratoire de sécurité des aliments de Maisons-Alfort, dans des délais records, d'un test de détection de la bactérie E.coli en cause particulièrement rare jusqu'à présent. Cet épisode illustre la plus-value apportée par les 12 laboratoires de l'Anses et sa capacité à apporter son expertise dans l'urgence.

Les chantiers de l'année à venir

La première année d'existence de l'Agence a également vu le lancement et la poursuite de travaux d'envergure qui porteront leurs fruits au cours de la prochaine année d'existence de l'Agence. Perturbateurs endocriniens, prise en compte de l'exposition cumulée à plusieurs substances (effets cocktails), radiofréquences, mise en œuvre de la nouvelle réglementation relative à l'évaluation des produits phytopharmaceutiques, nanotechnologies, lutte contre l'antibiorésistance ou encore exposition professionnelle aux pesticides sont autant d'enjeux sur lesquels l'Anses se mobilise.

Pour en savoir plus

(1) Agence française de sécurité sanitaire des aliments
(2) Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail