Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

Processus de dialogue avec les parties prenantes sur la thématique Radiofréquences et santé

L'actualité a été ajouté à votre bibliothèque

Actualité du 03/04/2014

Le 1er avril s’est tenue, à l’initiative de l’Agence, la 9ème réunion du comité de dialogue Radiofréquences et santé réunissant l’ensemble des parties prenantes (associations, opérateurs et constructeurs, syndicats de salariés). La mission de ce comité, qui a été mis en place en 2011, est d'éclairer l'Agence sur les attentes de la société en matière d'évaluation des risques et de recherche.

Les représentants des organisations associatives présentes ont fait le choix de quitter la réunion et par voie de communiqué ont mis en cause la fiabilité de la méthodologie de travail et l’impartialité des scientifiques mobilisés depuis plus de 2 ans sur l’évaluation des risques liés à l’exposition aux radiofréquences ayant fait l’objet d’un rapport publié en octobre dernier.

L’Agence peut accepter des critiques mais elle ne peut tolérer de telles accusations au motif que les résultats de l’expertise scientifique ne satisfont pas les points de vue de tous les acteurs.

L’ouverture à la société constitue l’un des fondements de l’Agence auquel elle est particulièrement attachée. Le dialogue doit toutefois s’effectuer dans le respect  des personnes et de la clarté du rôle de chacun. C’est à cette condition qu’il peut contribuer à enrichir l’expertise,  c’est d’ailleurs sa raison d’être, et à en préserver l’indépendance.

C’est dans cet esprit que le comité de dialogue Radiofréquences et santé a fonctionné depuis sa création, sous la Présidence de Georges Mercadal, qui a récemment fait le choix de s’en retirer.

L’Anses tient à lui rendre un hommage particulier pour son implication, son exigence et son impartialité dans la conduite des débats qui ont été menés sous son autorité.

La position adoptée par plusieurs associations membres du comité ne remet aucunement en cause le principe d’ouverture de l’Agence qui prévaut dans son mode de gouvernance.

Concernant le comité de dialogue Radiofréquences et santé, l’Agence réfléchit aux conditions qui seraient de nature à permettre la poursuite du dialogue engagé depuis 3 ans.