Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

L'article a été ajouté à votre bibliothèque

Mis à jour le 15/10/2018

Qu’est-ce que la nutrivigilance ?

Mots-clés : Nutrivigilance, Compléments alimentaires, Effets indésirables

Compléments alimentaires, boissons ou aliments enrichis… la consommation de ces produits peut provoquer des effets indésirables. Pour les identifier et protéger au mieux la santé des consommateurs, l’Anses a mis en place un dispositif de vigilance alimentaire : la nutrivigilance. 

Le dispositif de nutrivigilance a pour objectif d'améliorer la sécurité des consommateurs en identifiant rapidement d'éventuels effets indésirables liés à la consommation :

La mise en œuvre du dispositif national de nutrivigilance a été confiée à l'Agence en juillet 2009 par la loi Hôpital, Patients, Santé et Territoires. 

 

Qui déclare les effets indésirables ?

Pour garantir la précision des informations, ce sont les professionnels de santé (médecins, pharmaciens, diététiciens…) qui sont chargés de déclarer les effets indésirables auprès du dispositif.

Si vous souhaitez, à titre individuel, faire une déclaration d’effets indésirables, prenez de préférence contact avec un professionnel de santé.

L’Anses rappelle que les professionnels de santé sont la clé d’un dispositif dynamique et efficace. Elle leur recommande de penser à interroger leurs patients sur leur consommation de complément alimentaires et autres produits lors des consultations.


Où déclarer ?

Les effets indésirables peuvent être déclarés sur le Portail de signalement des événements sanitaires indésirables du Ministère des Affaires sociales et de la Santé ou directement en remplissant le formulaire de télédéclaration en ligne.

Lors de l’enregistrement des déclarations, l’anonymat du patient est toujours préservé.

 

Comment sont exploitées les déclarations ?

Les déclarations d’effets indésirables reçues par l’Anses sont analysées par un groupe d’experts médecins qui évaluent la sévérité de l’effet indésirable et la probabilité d’un lien entre la consommation du produit et la survenue de cet effet (imputabilité).

En fonction des effets constatés, du nombre de cas reçus et de leur imputabilité, l’Agence peut s’autosaisir afin de mener une évaluation des risques liés à la consommation de ces produits ou ingrédients.

Ces évaluations donnent lieu à des avis scientifiques et à des recommandations à destination des professionnels de santé et des consommateurs.

L’analyse des cas et les avis scientifiques qui en découlent permettent aux gestionnaires de risques de définir, si nécessaire, les mesures de gestion appropriées à mettre en œuvre.

 

Quelques exemples…