Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

L'article a été ajouté à votre bibliothèque

Mis à jour le 06/02/2020

Santé au travail

Les travaux de l’Anses

Mots-clés : Anses, Travail

La santé et la sécurité au travail constituent un axe majeur d’activité pour l’Anses, qui contribue, de par ses travaux d’expertise et d'évaluation des risques mais également de veille et de soutien à la recherche, à améliorer les connaissances sur les risques professionnels en appui aux politiques publiques dans le domaine.

Les travailleurs sont confrontés à une variété de dangers : expositions à des agents biologiques, physiques ou chimiques, sont autant de facteurs auxquels s’ajoutent les effets liés aux modes d’organisation du travail. Etant donné le temps passé au travail par une grande partie de la population, la thématique de la santé au travail occupe une place particulière en matière de santé publique. Les actions de l’Anses dans le domaine s’intéressent aux grands risques émergents pour la santé des travailleurs et répondent également aux axes stratégiques du plan santé travail (PST3- 2016-2020). L’Anses y joue en effet un rôle pilote pour l’amélioration des connaissances et contribue en particulier aux actions d’évaluation de risque qui servent in fine à fonder la prévention des risques professionnels.

Quels sont les risques pour la santé en milieu professionnel ?

Les risques sont multiples, ils peuvent être liés à l’exposition :

  • à des agents biologiques comme des virus ou des bactéries dans le cadre d’une activité médicale par exemple.
  • à des agents physiques comme le bruit, les UV ou les radiofréquences.
  • à des produits chimiques plus ou moins complexes, tels que les pesticides, les nanoparticules, des solvants ou des produits d’entretiens, etc.
  • à des modes d’organisation du travail comme par exemple le travail de nuit ou les métiers en lien avec des nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC).

Ces expositions varient fortement d’un secteur d’activité à l’autre, du fait notamment des contraintes spécifiques inhérentes à chaque métier ou de choix de modes d’organisation pour répondre le plus souvent à des contraintes économiques.

Les effets sur la santé peuvent être de différentes natures, à court terme (intoxications aigues, accidents…) ou à plus ou moins long terme pour l’individu (cancers, maladies neurodégénératives, asthmes, pathologies psychiques…) voire même impliquer sa descendance (malformations, etc.).

Par ailleurs, on observe très souvent des situations de poly-exposition dans de nombreux secteurs. Cette question constitue un défi majeur pour l’ensemble des acteurs de la santé au travail et de la prévention. Un défi lié à la connaissance des expositions, mais également un défi méthodologique pour l’évaluation des risques. Dans ce cadre, il est important de bien connaître l’activité réelle et ses conditions de réalisation afin d’être en mesure de caractériser le plus finement possible ces expositions.

 

Santé-travail : quels sont les travaux de l’Anses ?

La mission de l’Anses est de fournir aux autorités les éléments nécessaires à la prise de décision concernant la prévention des risques professionnels et d’appuyer les principales politiques publiques en la matière. Ainsi, l’Agence contribue à la production de connaissances sur les dangers, les expositions et l’évaluation des risques.

Veille et vigilance

L’Anses mène des activités de veille et de vigilance afin d’anticiper le plus tôt possible les risques émergents.Pour cela, l’Agence coordonne le réseau national de vigilance et de prévention des pathologies professionnelles (rnv3p), un réseau de professionnels de la santé au travail qui regroupe les 30 centres de consultation de pathologie professionnelle (CCPP) de France (métropolitaine et outre-mer). Chaque année environ 30 000 consultations médicales sont enregistrées. Ces données collectées permettent d’identifier et d'améliorer la prévention de situations professionnelles à risque sanitaire en France et d'orienter les travaux d'expertise et de recherche.

Expertises collectives pour évaluer les risques sanitaires

D’autre part, l’Anses mène un certain nombre d’expertises collectives réalisées chaque année sur des situations spécifiques dans différents secteurs comme par exemple, la pollution de l’air dans les enceintes ferroviaires souterraines, la surmortalité des égoutiers, les expositions aux pesticides des travailleurs agricoles, les risques sanitaires liés au travail de nuit et aux horaires atypiques ou encore les risques liés aux produits utilisés dans les activités de soin de l'ongle. L’Agence a également mené une expertise d’envergure sur les risques induits par le changement climatique sur la santé des travailleurs, dans une démarche d’anticipation.

Evaluations dans le cadre de règlementations nationales ou européennes 

Les expertises et connaissances produites par l’Agence sont utiles à l’élaboration et la mise en œuvre de la réglementation nationale et européenne. L’Anses élabore notamment des recommandations pour la fixation par les pouvoirs publics des valeurs limites d’exposition professionnelles (VLEP) utilisées pour le contrôle atmosphérique des expositions professionnelles et la prévention des risques liés aux produits chimiques. Plusieurs substances ont ainsi fait l’objet d’expertises visant la fixation de valeurs limites atmosphériques. L’agence réalise également des évaluations dans le cadre de la mise en œuvre des règlements européens REACH, phytosanitaires et biocides dans lesquels l’exposition professionnelle est systématiquement prise en compte.

Financement de la recherche

Afin de disposer de connaissances scientifiques pour mener à bien ces évaluations des risques que ce soit sur les dangers ou les expositions, l’Anses contribue également à soutenir la recherche en santé travail. En effet, l’Agence pilote le Programme National de Recherche Environnement Santé Travail (PNR EST), avec le soutien financier des ministères en charge du travail et de l’environnement. Chaque année, plus de 6 millions d’euros sont mobilisés pour financer des projets de recherche à travers deux appels à projets (APR). Centrés sur les thèmes santé-environnement et santé-travail, ces projets de recherche contribuent à la production de connaissances essentielles pour les travaux d’expertise des risques en milieu professionnel.