Formulaire de recherche

marianne anses

L'article a été ajouté à votre bibliothèque

Mis à jour le 10/05/2021

Tout comprendre sur les vecteurs et les enjeux de lutte

Mots-clés : Vecteurs, Lutte anti-vectorielle (LAV), Tiques, Moustiques

Maladie de Lyme, fièvre à virus zika, chikungunya, dengue… ces dernières années ont vu la réémergence des agents pathogènes responsables de ces maladies et transmis par des insectes et autres arthropodes. Ce jeudi 17 décembre 2020, l’Anses organise un webinaire scientifique pour faire le point sur les nouvelles perspectives de lutte contre ces espèces appelées vecteurs. À cette occasion, l’Agence vous propose de découvrir qui sont ces vecteurs d’agents pathogènes : moustique tigre, tique, mais aussi ceux qui se cachent derrière d’autres maladies affectant spécifiquement les animaux ou les plantes. Quelles sont les actions d’expertise et de recherche de l’Anses autour de ces enjeux sanitaires ? Toutes nos réponses dans notre dossier.

  1. Qu’est-ce qu’un vecteur et en quoi consiste la mission de l’Anses ?
     
  2. Moustiques, tiques, focus sur les principaux vecteurs de maladies chez les Hommes
     
  3. Maladies vectorielles chez les animaux ou les végétaux
     
  4. Stratégies de lutte et recherches sur les innovations

 


 

1 ➡ Qu’est-ce qu’un vecteur et en quoi consiste la mission de l’Anses ?


Un vecteur est un arthropode, groupe comprenant les insectes et les arachnides, qui transmet un agent pathogène : un virus, une bactérie ou un parasite. Il acquiert cet agent pathogène en se nourrissant sur un hôte puis le transmet à d’autres individus. D’après l’organisation mondiale de la Santé (OMS), les maladies vectorielles représentent plus de 17% des maladies infectieuses au niveau mondial et provoquent plus d’un million de décès chaque année.

Les changements climatiques, les échanges et transports internationaux, l’urbanisation ou encore les pratiques agricoles sont autant de facteurs qui favorisent la propagation des vecteurs au-delà de leur zone de répartition habituelle. Pour lutter contre les maladies vectorielles, l’enjeu est de pouvoir mettre en place des stratégies intégrées, allant du contrôle des espèces vectrices à la prévention des piqûres, en passant par des solutions chimiques, ainsi que mécaniques ou biologiques pour éviter l’usage de produits chimiques pouvant être à l’origine de résistances.

Depuis 2018, l’Anses assure une mission d’expertise scientifique sur les vecteurs et la lutte anti-vectorielle. Cette mission vise à appuyer les autorités publiques pour mieux prévenir et lutter contre les risques liés aux transmissions d’agents pathogènes par les vecteurs. Cela implique notamment une veille scientifique.

Explications de Johanna Fite – chargée de mission, mission « vecteurs ».

➡ Tout savoir sur les vecteurs et la mission de l’Anses
 


 

2 ➡ Moustiques, tiques, focus sur les principaux vecteurs de maladies chez les Hommes

Alors que les moustiques sont les principaux vecteurs de maladies dans le monde, en Europe ce sont les tiques.

Le moustique tigre. Chez les moustiques, seule la femelle pique. Selon les espèces, les femelles sont attirées par un mammifère, un oiseau ou même des animaux à sang froid comme les grenouilles et les serpents. Le moustique tigre (Aedes albopictus) préfère le sang humain, on dit qu’il est « anthropophile ». Implanté dans plus de 100 pays sur les cinq continents et dans 58 départements en France hexagonale, il peut transmettre à l’Homme des virus comme ceux de la dengue, du chikungunya ou du Zika. >> Le moustique tigre en 12 questions

Les tiques sont des acariens que l’on retrouve principalement en forêt au printemps et en automne sous nos latitudes. En Europe, elles représentent les plus importants vecteurs d’agents pathogènes (bactéries, virus et parasites) responsables de maladies infectieuses pour l’Homme et les animaux. En France, la principale maladie humaine liée aux tiques est la maladie de Lyme. >> Tout savoir sur les tiques.

Envie d'en savoir plus sur les moustiques et tout ce qui pique ?

Découvrez notre podcast d'anticipation intitulé Zootopique et écoutez notre épisode sur les moustiques, les tiques et tout ce qui pique, pour savoir comment la science d'aujourd'hui anticipe les risques de demain.

Les tiques, principaux vecteurs de maladie en Europe

 


 

3 ➡ Maladies vectorielles chez les animaux ou les végétaux

enlightened Le saviez-vous ? Il existe une multitude de vecteurs impliqués dans des maladies qui affectent uniquement les animaux ou les plantes. Focus sur 4 maladies.

La fièvre catarrhale ovine est une maladie virale qui touche les ruminants, et n’affecte pas les Hommes ni les denrées alimentaires. Transmise par un moucheron, elle peut engendrer d’importantes pertes économiques dans le domaine de l’élevage. >> La fièvre catarrhale ovine en 5 questions.

La peste porcine africaine (PPA) est une maladie virale hémorragique qui touche les porcs domestiques et les sangliers et n’est pas contagieuse pour l’Homme. Elle représente une menace pour les filières professionnelles concernées. Même si le premier mode de transmission reste le contact direct avec un animal infecté, le virus peut être transmis par piqûre de tiques du genre Ornithodoros. >> Focus sur les tiques, un objet de recherches multiples.

Xylella fastidiosa est une bactérie pouvant infecter à ce jour près de 600 espèces de plantes et impacter des filières agricoles majeures. Elle est transmise par des insectes vecteurs piqueurs-suceurs. Une trentaine d’espèces de cicadelles se nourrissent de la sève brute du xylème et peuvent donc potentiellement transmettre la bactérie en France. >> Qui est Xylella fastidiosa ?

Le nématode du pin est un ver microscopique qui touche des arbres de la famille des conifères et en particulier les pins maritimes. C’est un parasite particulièrement destructeur, responsable de dépérissements graves dans les forêts de pin. Transmis par un coléoptère, sa diffusion est principalement liée au transport de bois ou de végétaux.>> En savoir plus le nématode du pin.
 


 

4 ➡ Stratégies de lutte et recherches sur les innovations

Le plus souvent, il n’existe pas de vaccin ni de traitement spécifique pour lutter contre les agents pathogènes responsables de ces maladies d’origine vectorielle. La lutte contre les arthropodes qui les véhiculent est donc la principale solution pour contrôler ces maladies. L’Anses évalue l’efficacité des insecticides et les risques liés à leur utilisation. Elle finance également des recherches sur d’autres moyens de lutte contre les insectes vecteurs.

>>Tout savoir sur les enjeux de lutte anti-vectorielle et les travaux de l’Anses.

L’utilisation d’insecticides chimiques contre les moustiques, avec ses succès et ses échecs, est emblématique des enjeux auxquels la recherche doit faire face pour préparer les futures stratégies de lutte anti-vectorielle. L’Agence développe des activités de recherche en finançant des projets dédiés à la connaissance des vecteurs ou de la lutte anti vectorielle, via le Programme national de recherche Environnement-Santé-Travail.

>> Suivre le webinaire sur les nouvelles perspectives de lutte contre les vecteurs.

➡ Lire le cahier de la recherche #15 sur la lutte antivectorielle

 

Les nouvelles méthodes de lutte contre le moustique tigre

 

 

Les laboratoires de l’Anses étudient également les maladies vectorielles transmises aux animaux et la capacité des vecteurs à transmettre ces agents pathogènes. >> Tout savoir sur les travaux de recherche sur les vecteurs dans les laboratoires.