Formulaire de recherche

marianne anses

Un projet pour comprendre et modéliser la transmission du virus SARS-CoV-2 dans les ateliers de transformation de la viande

L'actualité a été ajouté à votre bibliothèque

Actualité du 16/02/2021

Des cas groupés de Covid-19 ont été identifiés chez les personnes travaillant au sein des ateliers de transformation des aliments, en France et dans le monde. Un projet coordonné par l’Anses et financé par l’Agence nationale de la recherche vient de débuter pour mieux comprendre comment le virus circule dans les ateliers de préparation de la viande et proposer des mesures de prévention adaptées.

Depuis le début de la pandémie de la Covid-19, plusieurs foyers d’infection se sont déclarés au sein d’ateliers de transformation des aliments, et notamment ceux de transformation de la viande. Environnement frais et humide, lieu clos, proximité des travailleurs, nécessité de faire des efforts physiques et de parler fort pour se faire entendre dans le bruit ambiant : ces éléments peuvent favoriser la persistance et la propagation du virus SARS-CoV-2. 

Caractériser la persistance du virus dans l’environnement et sur les aliments

L’Anses annonce le lancement d’une étude d’un an, nommé SACADA, pour Transmission de SARS-CoV-2 dans les ateliers préparant des denrées alimentaires - focus sur les ateliers de transformation des viandes. Subventionnée par l’Agence nationale de la recherche (ANR), elle sera menée en collaboration avec l’Institut Pasteur, l’INRAe, Santé publique France et les écoles nationales vétérinaires d’Alfort (ENVA) et de Nantes (Oniris). 
Un premier volet sera consacré à la persistance du virus dans l’environnement de travail, sur les aliments produits et leurs emballages, en s’appuyant sur une revue des études scientifiques sur le sujet, ainsi que sur des expérimentations, pour mieux préciser dans quelles conditions le virus peut rester contagieux. 

Modéliser la dynamique de la circulation du virus

Une autre partie sera consacrée à la description des activités habituelles au sein d’ateliers de préparation de la viande. Ces données, ainsi que l’ensemble des informations sur la persistance du virus et sur les clusters apparus au sein de ces environnements, serviront à alimenter un modèle dynamique de circulation et de transmission du virus. Il pourra être utilisé pour simuler l’efficacité des mesures de prévention. Deux cadres réglementaires s’appliquent en parallèle dans les ateliers de transformation de la viande : celui pour la sécurité sanitaire des aliments et celui pour protéger les travailleurs contre les risques de contamination. Ces règles sont souvent mises en place séparément, l’étude permettra de les analyser de façon globale, pour définir un système opérationnel de sécurité sanitaire intégré.