Formulaire de recherche

marianne anses

Unité Ravageurs et agents pathogènes tropicaux (RAPT, site de Saint-Pierre, île de La Réunion) du laboratoire de la santé des végétaux

Chef d’unité : Bruno Hostachy

Chef d’unité adjointe : Aude Chabirand

7, chemin de l'Irat 97410 SAINT-PIERRE/ Ile de La Réunion

Mail : saint-pierre.lsv@anses.fr

L’unité Ravageurs et agents pathogènes tropicaux (RAPT) est installée dans la plateforme technologique du Pôle de protection des plantes (3P), qui est la plus grosse implantation du CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) en Outre-mer et la seule spécialisée en santé des végétaux et protection des cultures. La 3P regroupe également sur ce site des équipes de recherche du CIRAD et de l’université de la Réunion, structurées au sein de l’UMR PVBMT (Peuplements végétaux et bioagresseurs en milieu tropical).

Activités de référence

L’unité RAPT dispose de deux mandats de Laboratoire national de référence (LNR), en bactériologie et en virologie, avec une spécialisation dans les filières végétales tropicales des Outre-mer.

Les travaux de méthodologie représentent l’activité principale et sont orientés principalement sur la banane, les agrumes et l’ananas et les tubercules tropicaux, avec pour objectif de couvrir les exigences sanitaires figurant dans les législations des quatre espaces phytosanitaires d’Outre-mer, que sont les Antilles, la Guyane, Mayotte et La Réunion, mais également des autres territoires d’Outre-mer.

Activités de recherche

Dans le cadre de la convention de recherche Diagnostic et épidémiologie végétale tropicale  (DIAGEPITROP) passée avec l’UMR PVBMT, l’unité développe des activités de recherche axées autour de trois thématiques :

  • La connaissance des populations pathogènes émergentes ;
  • Le développement de méthodes de diagnostic innovantes ;
  • La veille sanitaire internationale.

Ce partenariat a permis de conduire plusieurs thèses en collaboration, portant sur des organismes nuisibles et des thématiques majeures pour la santé des végétaux des Outre-mer, en particulier sur les maladies bactériennes causées par le complexe d’espèces de Ralstonia solanacearum, sur le chancre citrique des agrumes causé par Xanthomonas citri pv citri, la maladie du Huanglongbing des agrumes causée par Candidatus Liberibacter asiaticus. Les approches épidémiologiques incluses dans ces travaux conduisent à collaborer avec la d’épidémiosurveillance en santé végétale (ESV).