Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

L'article a été ajouté à votre bibliothèque

Mis à jour le 26/11/2019

Vaccination SDRP chez les porcins : les recommandations de l’Anses pour limiter les phénomènes de recombinaison entre souches vaccinales

Le 6 novembre 2019, les autorités danoises ont transmis une alerte en pharmacovigilance à la suite de la suspension de la commercialisation du vaccin SUVAXYN PRRS MLV, vaccin vivant contre le syndrome dysgénésique respiratoire porcin, en raison de l’apparition d’une souche issue d’une recombinaison entre souches vaccinales.

Au Danemark, deux souches vaccinales SDRP, provenant des vaccins UNISTRAIN PRRS et SUVAXYN PRRS MLV, ont donné naissance à un virus recombinant dans un élevage, qui aurait ensuite infecté les verrats d’une station de sélection avoisinante. La semence de ces verrats, utilisée lors d’inséminations artificielles, aurait favorisé la propagation de ce virus recombinant dans le pays. La maladie est apparue notamment dans les troupeaux présentant une immunité insuffisante vis-à-vis du SDRP, avec des symptômes cliniques comparables à ceux provoqués par les souches virulentes du terrain. La maladie a été confirmée dans une quarantaine de fermes danoises.

Les autorités danoises ont suspendu la commercialisation du vaccin SUVAXYN PRRS MLV, autorisé via la procédure centralisée, et en ont informé l’Agence européenne du médicament (EMA), les Etats membres et la Commission européenne. Cette dernière, conformément aux dispositions réglementaires, a mis en œuvre une procédure d'arbitrage, afin que le comité des médicaments vétérinaires de l'EMA réévalue le rapport bénéfice-risque de ce vaccin.

Une recombinaison semblable à celle observée au Danemark est susceptible de survenir en France. Afin de limiter les phénomènes de recombinaison entre souches vaccinales, l’Anses recommande de ne pas utiliser dans un même élevage des vaccins SDRP vivants différents, que ce soit de manière concomitante ou consécutive. Les porcs charcutiers et les cochettes semblent être particulièrement à risque, car ces animaux présentent souvent une immunité insuffisante vis-à-vis du SDRP.
 

Vaccins vivants autorisés en France contre le virus du SDRP

Nom du médicament

Nom du titulaire

Substance active

Espèces cibles

PORCILIS PRRS

INTERVET

virus du syndrome dysgénésique respiratoire porcin-vivant

Porc charcutier

Porc reproducteur

UNISTRAIN PRRS LYOPHILISAT ET SOLVANT POUR SUSPENSION INJECTABLE POUR PORCINS

LABORATORIOS HIPRA

virus du syndrome dysgénésique respiratoire porcin-vivant

Porcins

INGELVAC PRRSFLEX EU LYOPHILISAT ET INGELVAC PRRSFLEX EU SOLVANT POUR SUSPENSION INJECTABLE POUR PORCINS

MERIAL

virus du syndrome dysgénésique respiratoire porcin-vivant

Porcins

REPROCYC PRRS EU LYOPHILISAT ET IMPRANFLEX SOLVANT POUR SUSPENSION INJECTABLE POUR PORCINS

MERIAL

virus du syndrome dysgénésique respiratoire porcin-vivant

Porcins

SUVAXYN PRRS MLV

ZOETIS BELGIUM

virus du syndrome dysgénésique respiratoire porcin-vivant

Porcins

L’Anses recommande également une surveillance accrue de tout événement suspect sur le terrain relatif à cette pathologie, notamment l’apparition de symptômes marqués de la maladie dans des élevages vaccinés.

En cas d’observation d’un évènement suspect et afin de collecter l’ensemble des informations liées à cet évènement, l’Anses encourage sa déclaration via son site de télédéclaration (https://pharmacovigilance-anmv.anses.fr/).