Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

Lampes fluorescentes compactes

Les lampes fluorescentes compactes

Analyse des champs électromagnétiques associés aux lampes fluorescentes compactes

Mis à jour le 01/06/2016

Mots-clés : Lumière, Eclairage, Champs électromagnétiques, Ondes électromagnétiques, Lampes fluorescentes compactes

La directive européenne EuP (2005/32/CE) pour l’éco-conception des produits consommateurs d’énergie prévoit l’amélioration des performances énergétiques de certains produits de consommation courante. L’éclairage électrique en fait partie, ce qui conduit à la fin progressive des ampoules à incandescence pour l’éclairage domestique, selon un calendrier s’étalant de 2009 à 2017. Les lampes fluorescentes compactes (LFC), dites « basse consommation », ou d’autres sources d’éclairage plus économes en énergie, comme les lampes à LED, pourraient donc, à terme, les remplacer. Afin d’évaluer l’exposition des personnes aux champs électromagnétiques émis par ces lampes, l’Agence a été sollicitée par l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) en 2008 et par les ministères en charge de la consommation, de la santé et de l’environnement en 2011.

En août et septembre 2007, le Centre de recherche et d’informations indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques (Criirem) a diffusé deux communiqués de presse alarmant sur les rayonnements électromagnétiques émis par les lampes fluorescentes compactes (LFC), dites « basse consommation ». De précédentes études, réalisées notamment en 2004 par l’Office fédéral de la santé publique suisse, n’avaient pas mis en évidence de niveaux de champ électromagnétique émis par ces ampoules supérieurs aux valeurs limites d’exposition recommandées par l’Union européenne. 

En réponse à une demande de l’Ademe en 2008, l’Agence a publié en février 2009 un rapport présentant une analyse des méthodologies existantes et pertinentes pour la mesure des champs électromagnétiques émis par les lampes fluo-compactes. Une solution de mesure simple et rigoureuse en vue de réaliser une campagne ponctuelle d’évaluation de l’exposition à ces champs, à plus de 30 cm des lampes, était proposée. Des campagnes de mesure des lampes ont été réalisées par la suite par le CSTB.

La Commission de la sécurité des consommateurs (CSC) a rendu en janvier 2011 un avis relatif aux lampes fluorescentes compactes dans lequel elle recommande aux consommateurs d’éviter toute exposition prolongée à ces lampes dans un rayon de proximité qu’elle fixe à une distance minimale de 30 cm. Elle précise que les porteurs de dispositifs médicaux implantables et de prothèses électriques devraient particulièrement respecter cette consigne, en raison des risques de perturbation du fonctionnement de ces appareils par les champs électromagnétiques produits par les lampes.

 

Le travail de l’Agence

La fondation It’is(1), à la demande du gouvernement suisse, a réalisé une étude  sur les champs électromagnétiques émis par des lampes, en utilisant des techniques de mesures innovantes. Cette étude a permis de caractériser l’exposition aux champs électromagnétiques à moins de 30 cm des lampes. Ces essais montrent que les valeurs limites d’exposition sont respectées dans cette zone, mais que des écarts importants existent entre les différents échantillons testés.

En réponse à la demande des ministères en charge de la consommation, de la santé et de l’environnement, l’Agence a publié un avis et un rapport en juin 2013. Celui-ci présente une analyse des méthodologies existantes et pertinentes pour la mesure des champs électromagnétiques émis par les lampes fluo-compactes, notamment à moins de 30cm des lampes. 

L’Agence mentionne dans son avis les nouvelles dispositions préconisées par la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (International Commission on Non-Ionizing Radiation Protection, Icnirp), qui a publié en 2010 des nouvelles lignes directrices pour la gamme de fréquences 1 Hz – 100 kHz.

L’Anses, à partir de l’analyse de la méthode de mesure proposée par l’It’is, produit des recommandations dans son avis pour adapter cette méthode en vue de réaliser des campagnes de mesure. Par ailleurs, considérant que la campagne de mesures de l’It’is sur un nombre réduit de lampes a révélé des niveaux d’exposition se rapprochant, pour des distances courtes, des valeurs limites préconisées par l’Icnirp, l’Agence recommande, dans l’attente des résultats de campagnes futures, de limiter les expositions à moins de 30 cm des lampes fluorescentes compactes.

Enfin, l’Anses recommande notamment que la réglementation actuelle concernant l’exposition de la population générale aux champs électromagnétiques émis par les équipements utilisés dans les réseaux de télécommunications ou par les installations radioélectriques (décret n° 2002-775 du 3 mai 2002) soit étendue aux autres sources d’émissions artificielles de rayonnements non ionisants (de 0 à 300 GHz) et notamment aux lampes fluorescentes compactes ;

 

(1) La fondation It’is est un institut de recherche à but non lucratif, « dédié à l’expansion des connaissances scientifiques nécessaires aux applications bénéfiques et sûres de l’énergie électromagnétique et des technologies de l’information ». 

L'article a été ajouté à votre bibliothèque