Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

L'article a été ajouté à votre bibliothèque

Mis à jour le 15/05/2020

Chenilles processionnaires : gare aux poils urticants !

Mots-clés : Chenilles processionnaires

Dans les forêts ou au jardin, au printemps, on croise parfois des chenilles se déplaçant en file indienne. Ces chenilles, appelées processionnaires, sont des insectes aux poils urticants, qui peuvent entraîner des réactions inflammatoires urticantes parfois graves chez les humains ou les animaux. L’Anses vous rappelle quelques gestes simples pour vous en protéger. 

Les chenilles processionnaires : qu’est-ce que c’est ?

Les chenilles processionnaires du pin et les chenilles processionnaires du chêne sont des insectes qui vivent en colonie sur les pins ou les chênes. On les surnomme ainsi car elles se déplacent en file indienne. Leur prolifération peut provoquer un affaiblissement des arbres. 

Leurs poils sont particulièrement urticants. Ils peuvent provoquer des réactions inflammatoires notamment sur la peau (rougeurs, démangeaisons, douleur cutanée, œdème localisé, urticaire et parfois petites cloques), les yeux (conjonctivite, larmoiement, douleur oculaire) ou les voies respiratoires (toux, gêne respiratoire), parfois graves chez les personnes ou les animaux qui y sont exposés. Pas besoin de contact avec la chenille pour présenter des symptômes : ses poils urticants se détachent et sont transportés très facilement sous l’effet du vent.

La chenille processionnaire du pin est présente sur une très large partie du territoire, essentiellement dans le sud, le centre et l’ouest de la France. On la croise majoritairement entre janvier et mai.

La chenille processionnaire du chêne est essentiellement présente dans le nord-est, la région parisienne et le nord-ouest de la France, et peut être présente dans des régions du sud. On la croise majoritairement entre avril et juillet.

L’Anses, avec les centres antipoison, a analysé les différents cas d’effets indésirables liés aux poils urticants de chenilles processionnaires enregistrés entre janvier 2012 et juillet 2019. Les résultats sont disponibles dans Vigil’Anses de novembre 2019

 

Comment faire pour se protéger des chenilles processionnaires ?

Afin de limiter les risques d’intoxication liées aux chenilles processionnaires, voici quelques conseils :

  • Ne pas s’approcher et ne pas toucher les chenilles ou leur nid, en particulier pour les enfants
  • Se tenir à distance des arbres porteurs de nids
  • Porter des vêtements longs en cas de promenade en forêt ou près d’arbres infestés
  • Eviter de se frotter les yeux pendant ou au retour d’une balade
  • Bien laver les fruits et les légumes de son jardin en cas d’infestation à proximité
  • Eviter de faire sécher le linge à côté d’arbres infestés
  • En cas de suspicion d’exposition aux chenilles, prendre une douche et changer de vêtements.
  • En cas de signes d’urgence vitale (détresse respiratoire…), appeler le 15 ou consulter aux urgences.
  • En cas de signes d’intoxication, consulter un médecin ou appeler le centre antipoison.
  • Si contact avec la chenille, photographier la chenille pour en faciliter l’identification.
  • Si des animaux domestiques sont touchés, consulter un vétérinaire ou appeler un centre antipoison vétérinaire (Centre antipoison animal et environnemental de l’Ouest et Centre national d’informations toxicologiques vétérinaires).