Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

La Plateforme nationale de surveillance épidémiologique en santé animale

Née suite aux réflexions menées en 2010 lors des Etats généraux du sanitaire tenus sous l’égide du Ministère de l’agriculture, la Plateforme nationale de surveillance épidémiologique en santé animale a pour but de s’assurer de l’adéquation entre les risques liés aux agents pathogènes qui menacent le territoire et les dispositifs mis en place les pour surveiller.

Les maladies animales représentent une menace potentielle pour la santé publique, l'économie ou l'environnement. L'existence de nombreux agents pathogènes, communs entre médecine humaine et vétérinaire (bactéries, champignons, parasites, prions ou virus), a, d'ailleurs, suscité une approche globale sous le concept « One Health/ Une seule santé ». La surveillance de la santé animale et des agents pathogènes, notamment émergents, qui la menacent est l’un des maillons essentiels permettant de prévenir les risques sanitaires. 

La surveillance épidémiologique est essentielle à toute politique de prévention et de lutte contre les maladies, car elle permet de fournir des informations et des analyses précises et fiables sur la situation et l’évolution des maladies présentes. 

Bien que la situation sanitaire de notre pays en matière de santé animale soit actuellement très favorable, un tel statut n’est jamais définitivement acquis et requiert une attention permanente. Comme l’a montré l’émergence récente de maladies telles que la fièvre catarrhale ovine ou le virus de Schmallenberg, il ne s’agit plus seulement de surveiller et suivre l’évolution de maladies installées, mais de repérer le plus précocement possible l’apparition de maladies nouvelles. Ainsi, les systèmes de surveillance actuels doivent être adaptés à ces nouvelles exigences en formalisant mieux les spécifications des dispositifs de la surveillance, tout en assurant une souplesse suffisante leur permettant de s’adapter aux nouveaux dangers.

Faciliter et coordonner la surveillance des maladies animales

Face à ce constat et suite aux réflexions menées en 2010 lors des Etats généraux du sanitaire tenus sous l’égide du Ministère de l’agriculture, la Plateforme nationale d’épidémiosurveillance en santé animale a été créée en octobre 2011. Elle est basée dans les locaux de l’Anses à Maisons-Alfort. Son objectif premier est de faciliter la coordination, la déclinaison opérationnelle et le suivi des politiques de surveillance en santé animale adoptées et mises en œuvre par ses membres. Elle doit en particulier s’assurer de l’adéquation entre les risques sanitaires présents ou qui menacent le territoire et les dispositifs mis en place pour les surveiller.

En complément de cette mission, la plateforme peut identifier, proposer et le cas échéant coordonner des investigations épidémiologiques à mener à l’échelon local ou national en réponse à des évolutions particulières de situations épidémiologiques.

Une gouvernance partagée

La plateforme est composée de six membres titulaires : 

  • la Direction générale de l’alimentation (DGAl), 
  • l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), 
  • la Société nationale des groupements techniques vétérinaires (SNGTV), 
  • GDS France, 
  • Coop de France 
  • l’Association française des directeurs et cadres des laboratoires vétérinaires publics d'analyses (Adilva). 

D'autres partenaires pourront rejoindre la plateforme en qualité de membres associés au fur et à mesure de son développement, pour élargir son champ à des dispositifs de surveillance sous la responsabilité d’autres organisations professionnelles.

Grâce aux membres qui la composent, la Plateforme dispose des compétences et connaissances nécessaires pour remplir ses missions : compétences scientifiques en épidémiologie et en pathologie animale, ainsi qu’en méthodologie de surveillance épidémiologique, connaissances sur le fonctionnement des élevages et l’organisation des filières de production animales, sur les contraintes sanitaires réglementaires au niveau national et international, et enfin expertise sur la mise en œuvre des politiques de lutte et de contrôle des maladies.

Le pilotage de la Plateforme est assuré par le Comité national d’épidémiosurveillance en santé animale. Ce comité est composé de représentants des membres titulaires et des membres associés et est présidé par la Direction générale de l’alimentation. Il propose les orientations stratégiques en matière de surveillance épidémiologique, assure le suivi de l’activité de la Plateforme et en fait un bilan régulier.