Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

L'article a été ajouté à votre bibliothèque

Mis à jour le 28/10/2020

Produits du vapotage

Mots-clés : Cigarette électronique, Produits du vapotage, E-liquide, Addiction, Nicotine

Depuis leur apparition en France en 2007, l’utilisation des produits du vapotage s’est très vite répandue et le marché national poursuit son essor. Que sont ces nouveaux produits, comment sont-ils encadrés et quels risques peuvent-ils présenter pour notre santé ? Point sur les missions de l’Anses.

Produits du vapotage, de quoi parle-t-on ?

Les produits du vapotage sont les dispositifs électroniques de vapotage c’est-à-dire des produits (ou tout composant de ces produits, y compris les cartouches, les réservoirs et les dispositifs dépourvus de cartouche ou de réservoir) qui peuvent être utilisés, au moyen d'un embout buccal, pour la consommation de vapeur contenant de la nicotine. Les dispositifs électroniques de vapotage, plus connus sous le nom de cigarettes électroniques ou vapoteuses, peuvent être jetables, remplissables ou rechargeables. Trois éléments principaux composent généralement une cigarette électronique : un atomiseur, un réservoir d’e-liquide et une batterie. Les produits du vapotage comprennent également les cartouches et flacons de recharge, c'est-à-dire les récipients renfermant un liquide contenant le cas échéant de la nicotine. Comme leur nom l'indique, les flacons de recharge sont utilisés pour recharger un dispositif électronique avec le liquide à vapoter.

La majorité des e-liquides déclarés sur le marché français :

  • sont composés d’un support de dilution tel que propylène-glycol (PG) et/ou glycérol (glycérine végétale, VG) ou éventuellement du 1,3-propylène-glycol, parfois de l’eau et de l’éthanol ;
  • affichent une teneur médiane en nicotine d’environ 6 mg/ml ;
  • comportent plusieurs substances conférant un goût ou une saveur. Les plus fréquentes sont la vanilline, le maltol, les menthol, les esters aux odeurs fruitées. On retrouve également des sucres et édulcorants (glucose/fructose, sucralose), des acides utilisés dans les sels de nicotine et des extraits de plantes.

Chiffres clés sur les produits du vapotage (données 2019-2020) :

  • Plus de 33 000 produits déclarés sur le marché
  • Près de 70 000 références commerciales distinctes
  • Plus de 1200 substances utilisées comme ingrédient
  • Généralement entre 2 et 16 ingrédients par e-liquide.

 

Que dit la réglementation ?

Avec l’entrée en application le 20 mai 2016 de la directive européenne 2014/40/UE, les produits du vapotage tels que les dispositifs électroniques et les liquides à vapoter contenant de la nicotine se sont vus dotés d’un cadre règlementaire spécifique. Ce cadre limite notamment la concentration en nicotine des e-liquides à 20 mg/ml et le volume des flacons de recharge à 10 ml. Il oblige également les fabricants et importateurs à transmettre aux autorités compétentes, préalablement à toute commercialisation sur le territoire européen, un certain nombre d’informations sur les caractéristiques, la composition et les émissions des produits. Produits de consommation à part entière, ils sont soumis à l’obligation générale de sécurité ainsi qu’à certaines exigences spécifiques (ingrédients exclus, mélanges chimiques dangereux, équipements électriques…).

>> En savoir plus sur la réglementation en France

 

Quels sont les risques pour notre santé ?

Depuis sa mise sur le marché, la cigarette électronique suscite des discussions scientifiques et sociétales sur les risques associés à son utilisation et ses bénéfices potentiels pour la réduction du tabagisme. Ces questions font l’objet d’études épidémiologiques et expérimentales pour acquérir les connaissances scientifiques nécessaires.

Les risques potentiels sont liés aux substances chimiques émises par le dispositif de vapotage dans les conditions d’utilisation et inhalées par le vapoteur voire son entourage. Cela concerne les substances utilisées en tant qu’ingrédients du e-liquide, leurs contaminants éventuels, les composés qui peuvent se former dans le mélange, lors de la formation de l’aérosol ou même migrer depuis la cigarette électronique.

 

Que fait l’Anses ?

L’Anses conduit des travaux pour améliorer les connaissances sur les produits de vapotage commercialisés en France et évaluer les risques liés à ces nouvelles pratiques.

Dans le cadre de sa mission de traitement et d’analyse des déclarations des produits de tabac et produits connexes, l’Agence rend publique et actualise régulièrement la liste des produits déclarés, leurs caractéristiques, leur composition ainsi que les écarts relevés dans les informations transmises par les fabricants.

 

Mise à disposition des données déclarées par les fabricants et des écarts relevés

 

 

    Afin de pouvoir mener une évaluation des risques liés aux substances inhalées, l’Anses a lancé plusieurs travaux visant à prioriser ces substances sur des critères de danger et estimer l’exposition des consommateurs en fonction des différentes pratiques de vapotage.

    L’Agence a déjà coordonné et financé trois études :

     

    >> Comprendre le rôle de l'Anses en bref.