Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

L'article a été ajouté à votre bibliothèque

Mis à jour le 21/09/2016

Santé et bien-être des animaux

Mots-clés : Anses, Maladies animales, Alimentation animale, Santé animale

Comme celle des hommes, la santé des animaux est susceptible d’être menacée par divers agents pathogènes dont certains peuvent également affecter la santé humaine. L’Anses contribue à prévenir et à lutter contre les maladies animales dominantes et émergentes touchant les élevages ou la faune sauvage, et participe de ce fait à la protection de la santé publique. Tour d’horizon de ses travaux dans ce domaine.

Comme celle des hommes, la santé des animaux est susceptible d’être menacée par divers agents pathogènes (bactéries, virus, parasites) dont certains peuvent également affecter la santé humaine (zoonoses). En s’attachant à améliorer la santé animale, l’Anses contribue à la protection de la santé publique et de la santé publique vétérinaire. Elle concourt à la qualité sanitaire des produits alimentaires, permet d’assurer une vigilance sur les risques émergents pour l’Homme et participe à la sécurité des approvisionnements alimentaires et à la bonne santé économique des filières.

L’Agence contribue à prévenir et à maîtriser les maladies animales dominantes et émergentes touchant les élevages ou la faune sauvage(échinococcose, Influenza aviaire, tuberculose, Schmallenberg…).

Que ces maladies soient :

  • transmissibles à l’Homme directement (rage, fièvre Q…) ou par l’alimentation (ESB, listériose, salmonellose…);
  • ou spécifiques aux animaux (fièvre aphteuse, pestes porcines, fièvre catarrhale ovine, certaines maladies d’élevage à impact économique élevé comme la maladie de l’amaigrissement du porcelet…).

Par ses recherches et son expertise interne, ainsi que via l’expertise collective qu’elle a récemment mis en place à la direction de l’évaluation des risques, l’Anses participe aussi à la protection et au bien-être des animaux.

En matière d'alimentation animale, l’Agence évalue les risques sanitaires et nutritionnels, l'intérêt des produits utilisés, les procédés de traitement et les risques associés aux denrées d'origine animale destinées à la consommation humaine.

Via l’Agence nationale du médicament vétérinaire, l’Anses contrôle et évalue la qualité et l’efficacité des médicaments vétérinaires et étudie leur innocuité vis-à-vis des animaux, des humains et de l’environnement.

 

Mieux connaître les maladies animales

Au sein de ses laboratoires, l’Anses étudie les agents pathogènes. Elle analyse les causes d’apparition et de diffusion des agents pathogènes au sein des élevages, à partir des animaux domestiques ou à partir de possibles réservoirs parmi les espèces sauvages, et qui peuvent être favorisées par a les conditions d’élevage et l’alimentation. Elle étudie également les relations hôtes/pathogènes et les mécanismes de la transgression de la barrière d’espèce des agents pathogènes. Au sein de la direction de l’évaluation des risques et via l’expertise collective, elle évalue également les risques qui sont liés aux maladies animales, pour les filières de production et pour la santé publique.

 

Mieux maîtriser les maladies animales

Grâce de ses laboratoires de recherche et de référence, l’Anses développe des outils de diagnostic permettant notamment de surveiller l’apparition et l’extension des maladies. Elle développe des moyens de prévention comme les vaccins et cherche des méthodes alternatives de traitement en améliorant la connaissance des facteurs de risque souvent liés aux conditions d’élevages et de conduite des troupeaux;

Chiffres clés

  • 7 laboratoires spécialisés dans une filière animale mènent des travaux de recherche. Laboratoires de référence pour plusieurs maladies, ils fournissent un appui scientifique et technique aux autorités nationales, de l’Union européenne, ou internationales.
  • Plusieurs collectifs d’experts, soit une centaine de scientifiques de disciplines différentes évaluent les risques liés aux maladiesanimales et aux médicaments vétérinaires.
  • 1 laboratoire de référence pour les résidus de médicaments vétérinaires participe à la surveillance de la bonne utilisation des médicaments vétérinaires et de l’antibiorésistance.
  • 1 Agence nationale du médicament vétérinaire, autorité de police sanitaire, contrôle, autorise et évalue les médicaments vétérinaires, tout en contribuant à l’élaboration de nombreux textes réglementaires et techniques.
  • L’Anses est enfin animatrice ou actrice d’une vingtaine de réseaux de surveillance épidémiologique et est membre fondateur et un acteur essentiel de la Plateforme nationale de surveillance épidémiologique en santé animale