Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

Formulaire de recherche

L'article a été ajouté à votre bibliothèque

Mis à jour le 05/08/2016

Tiques et maladie de Lyme

Mieux connaître et combattre les agents pathogènes transmis par les tiques

Mots-clés : Tiques, Maladie de Lyme, Zoonoses

Les tiques sont des acariens que l’on retrouve principalement en forêt au printemps et en automne. En Europe, elles représentent les plus importants vecteurs de maladies infectieuses pour l’Homme et les animaux. Elles peuvent transmettre des bactéries, des virus et des parasites. En France, la principale maladie transmise à l’Homme par les tiques est la maladie de Lyme. L’Anses étudie les agents pathogènes transmis par les tiques, afin de les identifier et de les caractériser dans le but de les combattre.

Les tiques (Ixodes ricinus), acariens que l’on trouve en forêt au printemps et en automne, sont responsables de la transmission vectorielle de maladies infectieuses qui peuvent affecter les animaux et les hommes (agents de zoonoses). Les tiques sont les plus importants vecteurs de maladies infectieuses en Europe. Il existe un peu moins de 1000 espèces dans le monde mais seules quelques-unes sont vectrices de maladies plus ou moins graves.

Ces maladies peuvent être d’origine :

  • bactérienne (maladie de Lyme, rickettsiose, tularémie, bartonellose),
  • virale (encéphalites à tiques, fièvres à tiques et hémorragiques, louping-ill du mouton),
  • ou parasitaire (piroplasmose canine, babesiose bovine).


Comment les tiques transmettent-elles les maladies ?

Les tiques se nourrissent du sang des animaux ou des humains sur lesquels elles se fixent. Elles peuvent alors s’infecter en prélevant des agents pathogènes sur des hôtes infectés.
Elles vont ensuite retransmettre ces agents pathogènes aux hôtes sur lesquels elles vont de nouveau prendre un repas de sang : les tiques sont donc des « vecteurs » de maladies. La transmission se fait principalement par le biais de leur salive.

Les tiques sont de très bons vecteurs car :

  • Elles prennent des repas sanguins très volumineux et longs (et ont ainsi plus de chances d’absorber un agent pathogène)
  • Accrochées à leur hôte, elles peuvent parcourir de très grandes distances (dissémination importante).
  • Grâce à leur durée de vie très longue (plusieurs mois), elles maintiennent longtemps ces agents pathogènes dans la nature.
  • Elles se nourrissent sur des hôtes très différents, qui peuvent être porteurs d’agents pathogènes variés.
  • Elles se reproduisent en très grande quantité.
Par ailleurs, la morsure de la tique est indolore.

 

La maladie de Lyme, principale maladie transmise à l’Homme

En France, la principale maladie transmise à l’Homme par la tique est la maladie de Lyme. Elle est provoquée par une bactérie appartenant au groupe Borrelia burgdorferi sensu lato, qui comprend au moins 5 espèces pathogènes pour l’Homme et présentes sur le territoire français.

Quelques jours après la morsure de tique, un érythème migrant (halo rouge caractéristique sur la peau) apparaît autour du point de morsure et s’étend. A ce stade, un traitement antibiotique permet d’enrayer la maladie. En l’absence de traitement, la maladie peut provoquer des atteintes cutanées, musculaires, neurologiques et articulaires pouvant être très invalidantes.

Un traitement antibiotique existe, efficace s’il est administré rapidement d’où l’importance d’un diagnostic rapide après une morsure par des tiques.

Les recommandations de l’Agence

Pour vous protéger des morsures de tiques, lors de vos promenades en forêt :

  • utilisez des répulsifs,
  • portez des vêtements couvrants,
  • inspectez-vous au retour,
  • détachez immédiatement les tiques fixées à l’aide d’une tire-tique, une pince fine ou à défaut vos ongles (n’utilisez en aucun cas de l’éther ou tout autre produit),
  • désinfectez la plaie.
En cas d’apparition d’érythème migrant suite à une morsure de tique, consultez immédiatement votre médecin. 

 

Le travail de l’Agence

L’Anses, via son laboratoire de Santé animale de Maisons-Alfort, étudie les agents pathogènes transmissibles par les tiques.

Pour ce faire, des collectes de tiques sont régulièrement organisées dans différentes régions françaises. Les agents pathogènes présents dans les tiques sont ensuite identifiés par des techniques à haut débit.

La compétence des tiques à transmettre les nouveaux agents pathogènes identifiés est étudiée et le laboratoire développe des méthodes innovantes permettant de réaliser la surveillance épidémiologique de ces agents. Ces études permettent à l’Anses de mieux connaître les agents pathogènes transmis par les tiques et donc de mieux les combattre.

Cette thématique de recherche, à l’interface entre santé animale et santé humaine, montre que la lutte contre les maladies infectieuses d’origine animale concourt au concept « Une seule santé » (One Health) que les autorités sanitaires internationales mettent en œuvre.