Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

Nos laboratoires, vigies des risques

L'actualité a été ajouté à votre bibliothèque

Actualité du 05/10/2020

L’Anses a récemment publié son rapport d’activité 2019 : "L'Anses en action". A l’occasion du dixième anniversaire de l’Agence qui avait lieu le 1er juillet 2020, ce rapport d'activité était l'opportunité de revenir sur les sujets ayant marqué ses premières années d’existence. Tout au long de l'année 2020, les lecteurs pourront ainsi (re)découvrir certains de ses sujets emblématiques. Dans le cadre de la Fête de la science, l’Anses revient sur les missions et les travaux de ses laboratoires.

À l’affût des risques sanitaires récurrents et émergents, les laboratoires de l’Anses explorent les menaces et contribuent à les combattre dans trois domaines à forts enjeux : la santé et le bien-être des animaux, la santé des végétaux et la sécurité sanitaire des aliments.

En 2019, l’Anses obtient trois des cinq mandats de référence que la Commission européenne instaure pour la première fois en santé des végétaux. Ces trois mandats portent sur les champignons et oomycètes, les insectes et acariens (avec l’agence autrichienne AGES), et les nématodes (avec l’institut belge ILVO). Pour ces deux derniers, l’Anses assure le pilotage du consortium constitué. Il s’agit des premiers mandats établis au niveau européen concernant ces organismes nuisibles aux végétaux.

Parallèlement, l’Anses prend les commandes d’un nouveau centre de référence en bien-être animal. L’Agence a été désignée fin 2019 pour diriger, en collaboration avec des organismes partenaires en Espagne, en Italie et au Danemark, le nouveau centre européen de référence sur le bien-être des volailles et autres petits animaux d’élevage. L’objectif ? Améliorer les conditions d’élevage à toutes les étapes clés de la vie des animaux, depuis la naissance ou l’éclosion jusqu’à l’abattage ou la fin de vie.  

La référence, qu'est-ce que c'est ?

→ Pour certains pathogènes ou contaminants chimiques d’importance majeure, les autorités sanitaires mettent en place un dispositif de surveillance spécifique. Au niveau national, pour chaque thématique, les services de l’État agréent un réseau de laboratoires de terrain pour réaliser les analyses officielles et désignent un «  laboratoire national de référence » (LNR), dont le rôle est de garantir la fiabilité des analyses effectuées et d’animer le réseau des laboratoires.

→ Les dispositifs dans chaque pays sont complétés et coordonnés aux niveaux européen et international. Ainsi, la Commission européenne désigne des « laboratoire de référence de l’Union européenne » (LRUE) pour animer le réseau des laboratoires nationaux de référence d’une même thématique. Et au niveau international, l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ou l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) désignent des laboratoires de référence, des centres de référence ou des centres collaborateurs chargés de fournir l’assistance technique nécessaire à ces organisations et aux pays membres.

Gilles Salvat, Directeur général délégué, Pôle Recherche et Référence : 

"Nos compétences scientifiques et les coopérations entre équipes nous donnent une vision large des enjeux, nécessaire pour répondre à des questions de plus en plus complexes. Au sein de l’Anses, une unité du Laboratoire de santé animale a ainsi travaillé avec l’Agence nationale du médicament vétérinaire sur la résistance de certains parasites des bovins à des molécules antiparasitaires, ainsi que sur les rejets de ces produits dans l’environnement avec des impacts possibles sur la santé des abeilles. Cela nous amène à envisager d’autres concepts de lutte et à revoir les conditions d’élevage, en répondant, entre autres, à la demande sociétale de solutions plus écologiques et d’amélioration du bien-être animal."