Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

Une unité de l’Anses désignée laboratoire de référence international sur une maladie parasitaire équine

L'actualité a été ajouté à votre bibliothèque

Actualité du 09/07/2020

L’unité Physiopathologie et épidémiologie des maladies équines (PhEED), au sein du laboratoire de Santé animale site de Normandie de l’Anses, a été désignée laboratoire de référence international pour la dourine, une maladie parasitaire équine. Ce mandat a été annoncé par l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) le 16 juin dernier. Au sein du laboratoire, Laurent Hébert a été nommé expert délégué. Il s’agit du premier mandat international pour l’unité basée en Normandie.

La nomination par l’OIE renforce les activités internationales et de référence de l’unité PhEED. Le site de Normandie est en effet déjà laboratoire de référence national et européen pour plusieurs maladies équines, dont la dourine. Cette dernière est provoquée par un parasite, Trypanosoma equiperdum, qui est transmis par voie sexuelle. Les premiers signes de la maladie incluent des œdèmes notamment génitaux, une anémie sévère, ainsi qu’une perte de poids importante. Le parasite peut dans un second temps passer dans le système nerveux, entrainant notamment des paralysies musculaires progressives. Ces symptômes provoquent la mort de l’équidé dans la moitié des cas. Il n’existe pour le moment aucun traitement efficace contre la maladie. La solution employée pour éviter sa diffusion est par conséquent l’abattage des chevaux infectés. Grâce à ce protocole, aucun cas de dourine n’a été signalé en France depuis les années cinquante. Des cas sont cependant survenus en Italie en 2011, ce qui souligne la nécessité de continuer à surveiller la propagation du parasite.

 

Une expertise à l’échelle mondiale

Les activités de l’unité PhEED sur la dourine sont d’ores et déjà reconnues à l’international : elle fournit des antigènes et des sérums de contrôles nécessaires au diagnostic de la maladie. En tant que laboratoire de référence, l’équipe pourra être amenée à analyser des échantillons envoyés par d’autres pays, pour confirmer ou non les suspicions de dourine. L’unité a également un rôle de formation aux méthodes de diagnostic et de contrôle de la performance des laboratoires chargés de détecter la dourine. Enfin, son expertise peut être sollicitée sur tout sujet en lien avec la maladie, notamment en cas d’épidémie. Ces missions sont déjà exercées par l’unité à l’échelle nationale et européenne, et le seront donc désormais au niveau mondial.

 

Des recherches pour comprendre le parasite qui pourraient bénéficier à la santé humaine

Parallèlement à ces activités d’expertise, l’unité PhEED mène des recherches pour mieux comprendre les parasites à l’origine de la dourine et d’autres maladies proches. C’est notamment le cas du surra et du nagana, deux maladies qui affectent les animaux et sont provoquées par des parasites du genre Trypanosoma, comme la dourine. Le pathogène responsable de la maladie du sommeil chez l’homme est un autre représentant de ce genre. Une collaboration est en cours avec l’université d’Edimbourg, en Ecosse, pour mutualiser les connaissances sur ces maladies animales et humaines.

L’Organisation mondiale de la santé animale
L’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) est chargée d'améliorer la santé des animaux dans le monde. Elle compte 182 pays membres. Chacun d’eux doit signaler à l’OIE les maladies animales déclarées sur son territoire. L’organisation collecte et diffuse les informations scientifiques disponibles sur ces maladies. Elle offre également son expertise pour contrôler et éradiquer les épidémies chez les animaux d’élevage, particulièrement dans les pays pauvres. Enfin, l’OIE édicte les règles sanitaires internationales de référence pour le commerce international d’animaux. Les laboratoires de l’Anses ont plusieurs mandats internationaux délivrés par l’OIE.

 

Le laboratoire de santé animale
Le laboratoire de Santé animale de l’Anses est réparti depuis octobre 2018 sur deux sites : Maisons-Alfort (Val-de-Marne) et le site de Normandie (Goustranville, Calvados). Il couvre tous les champs de l’infectiologie en santé animale. Il se consacre plus particulièrement aux maladies animales constituant des risques sanitaires majeurs, que ce soit pour les animaux (épizooties) ou l’homme (zoonoses). Le site de Normandie est spécialisé dans la physiopathologie et l’épidémiologie des maladies équines. Le laboratoire de Santé animale détient plusieurs mandats de référence nationaux, européens et internationaux (OIE et FAO).