21/01/2022
Vie quotidienne

Traitements hormonaux humains : attention à ne pas exposer les animaux de compagnie

Chez les chiens et les chats, le contact répété avec des substituts hormonaux cutanés pris par leur propriétaire peut provoquer des problèmes hormonaux. Suite à des signalements d’effets indésirables dans plusieurs pays d’Europe, l’Anses-ANMV (Agence nationale des médicaments vétérinaires) appelle à appliquer ces médicaments avec toutes les précautions nécessaires pour éviter aux animaux d’être exposés.

Des effets indésirables chez des chiens de petite taille, des chats, des chiots et des chatons ont été rapportés dans plusieurs pays d’Europe suite au contact répété avec des substituts hormonaux appliqués sur la peau de leur propriétaire. Ces cas, qui concernent aussi bien des femelles que des mâles, impliquent le plus souvent des traitements à base d’estrogènes.

Les médicaments sont appliqués sur les cuisses, l’abdomen ou encore les bras, parties du corps qui sont susceptibles d’entrer directement en contact avec l’animal. L’exposition peut également se faire via les draps, lorsque les animaux dorment sur le lit de la personne sous traitement. Aucun cas n’a été rapporté jusqu’à présent en France mais les cas européens rappellent la nécessité d’être vigilants lors de l’utilisation de ces produits.

De problèmes hormonaux dus à l'exposition répétée des animaux

Les animaux exposés développent essentiellement des signes évoquant un trouble hormonal, avec par exemple un gonflement des mamelles et/ou de la vulve chez les femelles, ou encore des pertes de poils. Des signes de retour en chaleur chez des femelles stérilisées ont également été décrits. Par ailleurs, l’action toxique des estrogènes sur la moelle osseuse peut à long terme provoquer des anomalies sanguines pouvant mettre en jeu la vie de l’animal. Le délai d’apparition des symptômes est variable, allant de quelques semaines à plusieurs années. Les symptômes s’atténuent généralement, voire disparaissent, suite à l’arrêt de l’exposition aux hormones.

En cas de gonflement de la vulve ou des mamelles (chez les femelles comme chez les mâles), ou d’un retour en chaleur d’un animal stérilisé, il est conseillé de l’amener rapidement chez un vétérinaire. Le praticien doit être informé qu’un traitement hormonal sous forme locale est en cours dans l’entourage de l’animal.

Des précautions à prendre lors de l’application des traitements

Afin d’éviter tout effet sur les animaux de compagnie, il convient de prendre toutes les précautions nécessaires lors de l’application de ce type de médicament à usage humain :

  • se laver les mains après avoir appliqué le gel ou le spray,
  • couvrir les zones traitées avec un vêtement,
  • empêcher tout léchage des zones traitées,
  • éviter de dormir avec ses animaux,
  • en cas de contact direct de l’animal avec une zone traitée, l’empêcher de se lécher et rincer à l’eau les parties du corps qui ont pu être en contact avec le médicament.

L’Anses-ANMV rappelle que ces précautions d’emploi sont valables pour l’ensemble des médicaments qui sont appliqués sur la peau. Tout événement indésirable suite à l’exposition d’un animal à un médicament destiné aux humains doit être déclaré au dispositif national de pharmacovigilance vétérinaire, géré par l’Anses-ANMV.