Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

L'article a été ajouté à votre bibliothèque

Mis à jour le 17/06/2019

LED et lumière bleue

Effets sanitaires des systèmes d’éclairage utilisant des diodes électroluminescentes

Mots-clés : Lumière, LED (diodes électroluminescentes), Eclairage, Lumière bleue, Sommeil

Depuis les années 2000, dans le cadre des politiques d’économie d’énergie et du développement technologique, les LED se généralisent dans les éclairages, et les objets à LED se multiplient. L’Anses a mené plusieurs expertises pour mieux comprendre les effets des LED et de la lumière bleue sur la santé et formuler des recommandations à l’intention des pouvoirs publics afin d’en protéger les populations.

Les LED, qu’est-ce que c’est ?

Les diodes électroluminescentes (LED) sont des composants électroniques sources de lumière utilisés dans différents systèmes d’éclairage, rétro-éclairages d’écrans et objets lumineux. Jusque dans les années 1990, les LED n’existaient qu’en rouge, jaune ou vert et étaient principalement utilisées comme témoin lumineux dans les équipements électroniques tels que des télécommandes ou réveils. Avec la création de la première LED bleue, il est devenu possible, en la recouvrant d’une couche de phosphore jaune, de créer une lumière blanche suffisamment intense pour être utilisée dans l’éclairage. Depuis, la recherche technologique améliore sans cesse leurs performances, en se concentrant notamment sur les matériaux ou la combinaison de différentes sortes de LED. Ainsi, la technologie des LED est utilisée aujourd’hui dans de nombreux dispositifs : éclairages domestique et public, éclairages portatifs, feux de véhicules, enseignes lumineuses,…

De la lumière bleue à la lumière blanche

En couplant une LED bleue à une couche de phosphore, habituellement jaune, on obtient une lumière blanche. Les proportions respectives d’émission de bleu et de jaune permettent d’avoir un blanc plutôt « froid » ou plutôt « chaud ». Si dans le spectre d’une lampe, la proportion de bleu est grande, la lumière ressemble à celle du soleil de midi : c’est une lumière dite « froide ». Si le rouge domine, la lumière ressemble au soleil couchant : c’est une lumière dite « chaude ». Mais attention, plus la température de couleur est basse, plus la LED est de couleur dite « chaude ».

LED : les expertises de l’Anses

Identification des risques liés à la lumière bleue issue des LED (2010)

Au tout début du déploiement de cette technologie, l’Anses a réalisé une première expertise inédite sur les LED publiée en 2010 Elle soulignait la toxicité pour la rétine de la lumière bleue présente dans les éclairages à LED et recommandait donc d’adapter le cadre réglementaire et normatif. En conséquence, actuellement pour l’éclairage domestique, seules les lampes à LED de groupes de risques 0 ou 1 (conformément à la norme de sécurité photobiologique NF-EN-62471) sont accessibles au grand public. Les éclairages les plus à risque (groupes 2 et 3) sont, quant à eux, réservés à des utilisations professionnelles dans des conditions garantissant la sécurité des travailleurs.

 

Confirmation des risques liés à la lumière bleue des LED (2019)

En 2019, la nouvelle expertise de l’Anses a consisté à mettre à jour l’état des connaissances depuis 2010 sur les différents effets sanitaires susceptibles d’être associés à l’exposition à la lumière riche en bleu et aux autres caractéristiques des LED, qui se distinguent des autres technologies d’éclairage.

Cette expertise conforte le résultat de 2010 sur la toxicité de la lumière bleue pour l’œil qui peut conduire à une baisse de la vue. Elle met en avant, à court terme, des effets sur la rétine, liés à une exposition intense à la lumière bleue, et à long terme, une contribution à la survenue d’une dégénérescence maculaire liée à l’âge. L’Anses recommande de restreindre la mise sur le marché des dispositifs à LED trop riches en bleu en adaptant les réglementations spécifiques des autres dispositifs que les lampes et luminaires.

Par ailleurs, l’Anses met en évidence des effets de perturbation des rythmes biologiques et du sommeil, liés à une exposition à la lumière bleue, même très faible, en soirée ou la nuit notamment via les écrans. L’Agence recommande ainsi de limiter l’exposition des populations et en particulier des enfants à la lumière riche en bleu avant le coucher et pendant la nuit.

De plus, l’Agence souligne que les moyens de protection contre la lumière bleue tels que les verres traités, les lunettes de protection ou les écrans spécifiques, présentent une efficacité très variable contre les effets de la lumière bleue sur la santé. L’Anses encourage l’établissement de normes pour définir les critères de performance de ces moyens de protection.

Enfin, l’Agence pointe des effets néfastes de la lumière la nuit sur la biodiversité et l’environnement. Quel que soit l’écosystème étudié, les connaissances scientifiques montrent de façon convergente une augmentation de la mortalité et un appauvrissement de la diversité des espèces animales et végétales étudiées dans les milieux éclairés la nuit, y compris par des éclairages à LED. L’Agence recommande de renforcer la réglementation afin de limiter la pollution lumineuse, tout en veillant à assurer la sécurité des personnes.

 

LED : les recommandations pour le public

  • Limiter l’exposition à la lumière riche en bleu des écrans à LED avant le coucher et pendant la nuit, notamment pour les enfants et les adolescents.

  • Privilégier les éclairages domestiques de type « blanc chaud » et opter pour un éclairage indirect ou utilisant des diffuseurs.