28/03/2022 0 mins

S’engager dans des partenariats et des actions de coopération

L’Anses intègre la dimension européenne et internationale dans l’ensemble de ses activités en s’impliquant dans des réseaux de partenaires d’excellence et en établissant des coopérations privilégiées avec nombre d’entre eux. Par la mobilisation de son expertise, l’Agence met aussi en œuvre des actions de coopération en faveur du renforcement des capacités.

Échanges et collaborations avec les organismes homologues d’excellence en Europe et à l’international

L’Anses entretient et développe des partenariats avec les organismes d’excellence pour mutualiser les compétences et les travaux d’expertise, de référence, de recherche, de surveillance et de production de connaissances. Ces partenariats se nouent sur des critères d’excellence scientifique, d’importance des agences et plus largement d’existence de bénéfices mutuels, avec des agences et instituts nationaux dans les Etats membres de l’UE et au-delà, en Europe, en Amérique du Nord, en Asie, ... La mise en œuvre d’actions se fait dans différentes configurations que ce soit en bilatéral ou en réseau rassemblant plusieurs institutions comme par exemple les réseaux de recherche EPIZONE travaillant sur les épizooties animales ou encore Euphresco sur la santé des végétaux.

Consulter les partenariats et réseaux en cours formalisés par un accord signé (PDF)

Jumelages, coopérations et missions d’assistance internationales


Dans le cadre des priorités françaises et des enjeux particulièrement importants dus au contexte de mondialisation accrue des échanges de personnes et de produits, l’Agence met en œuvre des actions de coopération et d’assistance technique permettant de mieux connaître la situation sanitaire des pays partenaires et de les appuyer par diverses actions de renforcement des capacités. 

Cette mobilisation se traduit par des missions d’expertise dans les pays tiers, des formations en France ou dans les pays tiers ou à distance, l’accueil de personnel scientifique ou technique au sein de l’Agence pour des durées variables, etc. 

Ces actions se font le plus souvent à la demande ou en concertation (et avec le financement) des ministères de tutelle de l’Anses ou d’organisations internationales (notamment la FAO ou l’OIE, dans le cadre des mandats que détient l’Anses en tant que centre collaborateur ou laboratoire de référence) et en lien avec les acteurs français de la coopération tels que le service France vétérinaire international (FVI) au sein de l’Ecole nationale des services vétérinaires ou encore de FranceAgriMer. 

Quelques jumelages UE en cours ou récemment terminés :

  • Serbie (2016-2019) : Renforcement des capacités des services vétérinaires en matière de lutte contre les zoonoses, TIAC et l’antibiorésistance (AMR) ;
  • Azerbaïdjan (2016-2018) : Renforcement des capacités des services vétérinaires pour la surveillance épidémiologique des maladies animales » ;
  • Liban (2018-2022) : Renforcement des services vétérinaires et de sécurité sanitaire des aliments du ministère libanais chargé de l’agriculture ;
  • Algérie (2019-2022) : Appui à la mise en place d’une démarche qualité au sein des services de la protection des végétaux et des contrôles techniques ;
  • Bosnie-Herzégovine (2020-2024) : Soutien de l'UE au renforcement des capacités et à l'alignement progressif sur l'acquis dans le secteur vétérinaire en Bosnie-et-Herzégovine.

Participation de l’Anses au programme de jumelages de l’OIE

Depuis 2006, le programme de jumelages de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) offre des avantages mutuels tant aux établissements parents / tuteurs qu’aux candidats. Il s’agit notamment de la création d'opportunités de recherche commune, la mise en place des réseaux de recherche et le renforcement durable des capacités.

Dans le cadre de leurs mandats de laboratoires de référence et de centres collaborateurs de l’OIE, les entités de l’Anses participent régulièrement à des actions de jumelages dans le cadre du programme OIE de jumelages de laboratoires, programme qui aspire à améliorer les capacités mondiales en matière de prévention, détection et contrôle des maladies.

Jumelages en cours par des laboratoires de l’Anses auprès d’établissements dits « candidats » :

  • jumelage OIE « Brucellose » entre le Laboratoire de santé animale à Maisons-Alfort (laboratoire tuteur) et le Laboratoire central vétérinaire de diagnostic de Conakry – LCVD, Guinée (laboratoire candidat) : démarré en 2019, il vise à l’amélioration des capacités en matière de diagnostic de référence des brucelloses, dans le respect des normes internationales de l’OIE. Il vise également, à plus long terme, au développement de la collaboration entre les deux laboratoires, guinéen et français ;
  • jumelage OIE « Rage » entre le Laboratoire de la rage et de la faune sauvage de Nancy (laboratoire tuteur) et l’Animal Health Research Institute de Taiwan - AHRI (laboratoire candidat) : depuis 2018, il vise à l’amélioration des compétences en matière de surveillance et diagnostic de référence de la rage, dans le respect des normes internationales de l’OIE, lui permettant de contribuer plus efficacement, à terme, à la lutte contre cette infection à Taiwan, et, plus largement au niveau de l’Asie ;
  • jumelage OIE « Rage » entre le Laboratoire de la rage et de la faune sauvage de Nancy (laboratoire tuteur) et l’Institut Pasteur de Tunis - IPT, Tunisie (laboratoire candidat) : démarré en 2020, il vise à l’amélioration des capacités en matière de diagnostic de surveillance de la rage dans le respect des normes internationales de l’OIE et à développer des outils adaptés au terrain pour le suivi de l’immunité des chiens après les campagnes de vaccination de masse des chiens.

Par le passé, des jumelages ont été menés sur la brucellose avec la Thaïlande, sur le virus de la bursite infectieuse avec la Chine, ou encore sur les médicaments vétérinaires avec le Sénégal.