anses

Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement et du travail

Formulaire de recherche

L'article a été ajouté à votre bibliothèque

Mis à jour le 14/04/2016

Vitamine D

Présentation, sources alimentaires et besoins nutritionnels

Mots-clés : Nutrition, Vitamines

La vitamine D joue un rôle essentiel dans l’absorption de certains minéraux par l’organisme. Découvrez en détails l’origine de cette vitamine,  ses fonctions dans l’organisme, et le niveau d’apports conseillés pour les différentes catégories de  population.

Définition, fonctions et rôles

La vitamine D possède une double origine : elle est apportée par l’alimentation et synthétisée par l'organisme au niveau de la peau sous l'action des rayons solaires ou ultraviolets. 

La vitamine D fabriquée par la peau est mise en réserve au niveau du foie, du muscle et du tissu gras et utilisée par l’organisme au cours des périodes hivernales.

Deux formes de vitamine D existent : la vitamine D2 ou ergocalciférol, produite par les végétaux, et la vitamine D3 ou cholécalciférol, produite par les animaux. Chez l'homme, ces deux formes exercent les mêmes activités biologiques, puisqu'elles sont converties en 1,25-dihydroxyvitamine D (communément appelé vitamine D), leur principal métabolite actif.

La fonction principale de la vitamine D est d'augmenter la capacité d'absorption de l'intestin du calcium et du phosphore, ce qui permet : 1) d'assurer une minéralisation optimale des tissus minéralisés, notamment os, cartilage et dents ; 2) de contribuer au maintien des concentrations plasmatiques du calcium et du phosphore.

Sous l'effet des rayons ultraviolets du soleil, la peau produit le cholécalciférol qui sera transporté et métabolisé au foie en 25-hydroxycholécalciférol, puis au rein où il prendra sa forme active de 1,25 dihydroxycholecalciférol.

Composition des aliments en vitamine D et sensibilité de la vitamine

Un nombre limité d'aliments contient des quantités significatives de vitamine D. En effet, ces teneurs sont étroitement liées à la présence de matières grasses dans les aliments, la vitamine D étant liposoluble. Les aliments les plus riches en vitamine D sont des produits de la mer (foie de morue, hareng, pilchard, maquereau, sardine, tilapia, anchois, truite, perche, saumon, etc.), mais également les lardons.

 

Apports Nutritionnels Conseillés (ANC)

Les apports nutritionnels conseillés en vitamine D ont été définis en considérant que la production endogène cutanée couvre 50 à 70% des besoins quotidiens en cette vitamine. Ils sont de 5 µg/j chez les adultes et les enfants de plus de 3 ans et 10-15 µg/j chez la personne âgée.

Niveaux et sources d’apport

Les apports moyens en vitamine D dans la population française (données INCA2) apportés par la seule alimentation sont de 1,9 µg/j chez les enfants de 3 à 17 ans et de 2,6 µg /j chez les adultes de 18-79 ans. Ces apports sont plus élevés dans la population masculine.

La principale source d’apport en vitamine D dans la population sont les poissons qui contribuent à 31% des apports chez les enfants et à 38% chez les adultes. Après les poissons, les œufs et les fromages sont les 2 sources principales de vitamine D aussi bien chez les adultes (respectivement 10 et 8%) que chez les enfants (9 et 7%).

Risque de déficience et d’excès d’apport

Les signes cliniques de carence en vitamine D sont : l'ostéomalacie et le rachitisme au niveau osseux, la baisse de tonus musculaire, les crises de tétanie et les convulsions (en relation avec une hypocalcémie) et parfois l'anémie.

L'ostéomalacie et le rachitisme sont des pathologies liées à un défaut d'accumulation des éléments minéraux au niveau du squelette. On parle d'ostéomalacie chez l'adulte et de rachitisme chez le jeune en croissance. Elles entraînent des douleurs osseuses et musculaires ainsi que des déformations osseuses.

La capacité de l'organisme à absorber ou à synthétiser la vitamine D diminue avec l'âge. Chez les personnes âgées, un faible apport en vitamine D constitue un terrain favorable à la perte osseuse et donc à l'ostéoporose.

Plusieurs tranches d'âge constituent des populations à risque de déficience en vitamine D : ce sont les nouveau-nés, les nourrissons, les femmes enceintes et les personnes âgées (particulièrement celles placées en institution), qui s'exposent peu au soleil et/ou ont des besoins accrus.D'autres facteurs peuvent aggraver ces risques de carence, la forte pigmentation cutanée, les régimes alimentaires spécifiques (supprimant la viande, le poisson, les œufs, et les produits laitiers), les pathologies induisant une malabsorption intestinale.

La vitamine D étant liposoluble, elle peut s'accumuler dans l'organisme en cas de supplémentation excessive et causer divers troubles (maux de tête, nausées, vomissements, perte de poids, fatigue intense).

En savoir plus