Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

Réutilisation des eaux usées traitées : l'Anses complète ses précédents travaux

L'actualité a été ajouté à votre bibliothèque

Actualité du 10/07/2012

Dans un objectif de préservation de la ressource en eau, la réutilisation d'eaux usées traitées (REUT) pour l'irrigation de cultures ou l'arrosage d'espaces verts est vue comme une alternative intéressante. Suite à des travaux d'expertise sur les risques liés à une exposition par voie orale, l'Anses vient de publier une évaluation des risques liés à des expositions par voies respiratoire et cutanéo-muqueuse. Ces recommandations visent, en particulier, à limiter au maximum les expositions par ces voies.

Utilisée dans certains pays où la ressource en eau fait défaut (notamment les pays du Maghreb, Israël, l'Australie et les Etats-Unis), la réutilisation d'eaux usées traitées est vue, en France, comme une alternative intéressante pour l'irrigation de cultures ou l'arrosage d'espaces verts. Cette pratique permettrait en effet de préserver la ressource en eau, notamment en cas de conditions climatiques défavorables (période de sécheresse prolongée) ou dans des zones de faible disponibilité des ressources en eau au regard des différents usages.

Cependant, les eaux usées urbaines, même traitées par une station d'épuration, contiennent divers micro-organismes pathogènes et des substances organiques et minérales potentiellement toxiques. Les conditions de réutilisation d'eaux usées traitées pour les usages d'irrigation de cultures ou d'arrosages d'espaces verts doivent donc être encadrées réglementairement afin de prévenir les risques sanitaires potentiels liés à cette pratique.

Une expertise en trois temps

En 1991, un cadre a été proposé par le Conseil supérieur d'hygiène publique de France (CSHPF). Sur cette base, un projet de réglementation a été élaboré par les pouvoirs publics qui l'ont soumis pour avis à l'Agence française de sécurité sanitaire de l'alimentation (Afssa). En 2008, l'Agence a ainsi rendu un premier avis (1) relatif aux risques sanitaires pour l'Homme et les animaux, liés à une exposition par voie orale aux eaux usées traitées utilisées à des fins d'arrosage ou d'irrigation agricole.

En 2010, l'Afssa a complété son analyse par une évaluation des risques liés à la réutilisation d'un type d'eaux usées spécifiques, les effluents issus des établissements de transformation de sous-produits animaux, à des fins d'irrigation des cultures destinées à la consommation humaine ou animale (2).
Les résidents, les passants ou les professionnels employés aux tâches d'arrosage pouvant être exposés lors des opérations de réutilisations d'eaux usées traités par aspersion pour l'arrosage des golfs, espaces verts ou irrigation des cultures, l'Afsset a été saisie en 2009 par les ministères chargés de la Santé et de l'Ecologie afin de compléter les précédentes expertises rendues en évaluant les risques potentiels liés à cette pratique par voies respiratoire et\ou cutanéo-muqueuse. C'est l'objet du rapport d'expertise qui vient d'être publié.

Des recommandations pour limiter le plus possible les expositions humaines

Les risques sanitaires pour l'Homme liés à l'aspersion d'eaux usées traitées via l'inhalation et le contact cutanéo-muqueux ont été évalués en croisant le devenir de l'eau au cours de l'aspersion, les compositions chimique et microbiologique des eaux usées traitées et l'exposition potentielle des populations générale et professionnelle.

En l'état actuel des connaissances, il n'est pas possible de conclure à une absence totale de risques chimique et microbiologique pour les populations exposées liés à la réutilisation d'eaux usées traitées par aspersion pour les deux voies d'exposition considérées. Ainsi, l'Anses estime nécessaire de limiter au maximum l'exposition de l'Homme aux eaux usées traitées lors des opérations d'aspersion.

En conséquence, l'Anses propose un ensemble de recommandations en matière de qualités d'eaux usées traitées, d'encadrement des pratiques de réutilisation d'eaux usées traitées par aspersion et de limitation de l'exposition humaine des populations concernées : résidents, passants et professionnels (arrosage des golfs, des espaces verts et irrigation des cultures)
Ces recommandations visent à compléter la réglementation actuelle en matière de réutilisation d'eaux usées traitées et à préciser l'encadrement réglementaire de l'irrigation des cultures, l'arrosage des golfs et espaces verts par aspersion.

Enfin, compte tenu des lacunes et des données encore fragmentaires identifiées lors de l'expertise, l'Anses émet des recommandations en matière d'études et de recherche qui lui permettront de caractériser plus finement les risques liés à cette pratique.

(1) Afssa (2008). Réutilisation des eaux usées traitées pour l'arrosage ou l'irrigation. 69 p.
(2) Afssa (2010). Avis de l'agence française de sécurité sanitaire des aliments relatifs à l'évaluation des risques sur les effluents issus des établissements de transformation de sous-produits animaux de catégories 1,2 ou 3 à des fins de réutilisation pour l'irrigation des cultures destinées à la consommation humaine. 34 p.

Pour en savoir plus