Formulaire de recherche

marianne anses

L'article a été ajouté à votre bibliothèque

Mis à jour le 16/02/2021

Risques de morsure de chiens

Distinguer le vrai du faux !

Chaque année, des milliers de morsures de chiens sont constatées en France. Mais contrairement à ce que l’on pense souvent, un caniche peut être plus agressif qu’un pitbull. L’Agence fait le point sur les idées reçues autour de ces questions.

  • Les chiens appartenant à certaines races dites « dangereuses » comme les pitbulls ou les rottweilers mordent davantage que les autres.

FAUX !

Tous les chiens peuvent mordre, quelle que soit leur race ou leur taille. Le risque de morsure dépend de nombreux facteurs liés à l’animal lui-même, comme par exemple l’éducation qu’il a reçue, son âge, son sexe ou encore son état de santé et de bien-être. Elle dépend également des interactions qu’il a avec les humains : ceux qui l’élèvent, ceux qu’il rencontre occasionnellement, et dans quelles circonstances et d’autres facteurs encore.

 

  • Les enfants en bas âge doivent faire l’objet d’une surveillance particulière en présence d’un chien

VRAI !

Les enfants en bas âge peuvent avoir des comportements brusques vis-à-vis de l’animal et ils sont moins capables de détecter des signaux de menace exprimés par le chien. C’est la raison pour laquelle il ne faut jamais laisser un enfant seul avec un chien sans la surveillance active d’un adulte.

 

  • L’aboiement excessif est un signe de stress chez les chiens

VRAI !

Aboyer excessivement, trembler, gémir, haleter, bâiller de manière répétitive, détourner le regard ou se lécher la truffe fréquemment constituent des signaux de stress chez l’animal. Il est important d’apprendre à les reconnaître pour prévenir les risques de morsures. Pour en savoir plus demandez conseil à un vétérinaire.

 

  • L’agressivité d’un chien peut être liée à son mode de vie !

VRAI

L’éducation, les pratiques quotidiennes (sorties, jeux, etc.) ou encore l’hébergement de l’animal peuvent contribuer à l’émergence de comportements agressifs. Il revient aux éleveurs ainsi qu’aux maîtres de faire coïncider les besoins du chien, en lien avec sa taille, sa race, son caractère…, avec les conditions de vie qu’il pourra avoir : type d’hébergement, possibilité de sorties régulière ou non, présence d’enfants en bas âge, présence de congénères ou d’animaux d’autres espèces, etc.

 

  • La déclaration de morsure n’est pas obligatoire, elle dépend des circonstances.

FAUX !

Quelles que soient les circonstances, les professionnels (médecins, pompiers, vétérinaires, personnel hospitalier, etc.) et les particuliers doivent déclarer toute morsure de chiens auprès de la mairie. Il s’agit d’une obligation réglementaire.