Allergies aux pollens et compléments alimentaires: l’Anses rappelle les précautions à prendre | Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

Allergies aux pollens et compléments alimentaires: l’Anses rappelle les précautions à prendre

L'actualité a été ajouté à votre bibliothèque

Actualité du 25/07/2018

Des cas d'allergies liés à la consommation de compléments alimentaires sont régulièrement signalés à l’Anses, dans le cadre de son dispositif de nutrivigilance. Récemment, des allergies sévères suite à la consommation de compléments alimentaires contenant des produits de la ruche (gelée royale, propolis) et des pollens ont été déclarées. L’Anses rappelle que les personnes allergiques aux pollens peuvent potentiellement présenter un risque d’allergies lors de consommation d’aliments et de compléments alimentaires à base de produits de la ruche.

En effet, des pollens peuvent se retrouver dans des produits de la ruche tels que la gelée royale, la propolis ou encore le miel, sans être explicitement signalés. Ainsi, il est conseillé aux personnes allergiques aux pollens mais également aux personnes prédisposées aux allergies ou à l’asthme d’éviter de consommer des compléments alimentaires contenant ces produits.

De façon générale, l’Agence souligne que les compléments alimentaires, à l’instar des aliments courants, peuvent contenir tous types d’allergènes. Les personnes présentant une allergie à un ingrédient doivent être vigilantes à la composition des compléments alimentaires susceptibles de le contenir.

Ainsi, l’Agence conseille aux consommateurs :

  • de signaler à un professionnel de santé tout effet indésirable survenant suite à la consommation d’un complément alimentaire ;
  • de respecter les conditions d’emploi fixées par le fabricant ;
  • d’éviter des prises multiples, prolongées ou répétées au cours de l’année de compléments alimentaires sans avoir pris conseil auprès d’un professionnel de santé ;
  • d’être vigilants vis-à-vis de produits présentant des allégations abusives ou de produits commercialisés en-dehors des circuits contrôlés, notamment par internet.

Par ailleurs, l’Anses rappelle aux professionnels de santé, l’importance de déclarer au dispositif de nutrivigilance les cas d’effets indésirables suspectés d’être liés à la consommation de compléments alimentaires .

L’Anses est en charge depuis 2009 du dispositif de nutrivigilance qui permet de surveiller les effets indésirables liés à la consommation de divers produits alimentaires. Pour en savoir plus sur la Nutrivigilance, consulter la présentation du dispositif.