Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

L'article a été ajouté à votre bibliothèque

Mis à jour le 19/06/2018

Expertise sur les vecteurs

Mots-clés : Vecteurs, Lutte anti-vectorielle (LAV), Tiques, Moustiques

Pour les vertébrés (Hommes et animaux), un vecteur est un arthropode (dont font partie les insectes et acariens) hématophage (se nourrissant de sang) qui transmet un agent pathogène (virus, bactérie, parasite) d’un vertébré à un autre.Il s'agit notamment des moustiques, des tiques, des phlébotomes, des puces ou des taons…

Ces maladies peuvent être strictement humaines (paludisme, dengue…) ou transmissibles de l’animale à l’Homme et inversement, dans ce cas on parle de zoonoses (borréliose de Lyme, infection à virus du Nil occidental…).

Pour les végétaux, les « vecteurs » sont des insectes piqueurs suceurs (cicadelle, puceron, etc.) transmettant un agent pathogène d’une plante à une autre

Quel est le mode d’action des vecteurs ?

Chez le vertébré, le vecteur s’infecte en prélevant le virus, la bactérie ou le parasite (protozoaire, helminthe…) sur un hôte porteur de l’agent infectieux lors de la prise de son repas de sang. A l’issue d’une période de développement extrinsèque au cours de laquelle l’agent pathogène se réplique et se transforme, le vecteur le transmet à un nouvel hôte vertébré lors d’une nouvelle piqûre. Les vecteurs ne vont donc transmettre que des parasites sanguins ou dermiques.

En revanche, les modes de transmission sont variés, les plus fréquents étant par injection de salive lors de la piqûre (paludisme, chikungunya, dengue, maladie du sommeil, fièvre catarrhale ovine…), par déjection (maladie de Chagas, rickettsioses…) ou par régurgitation (peste…).

Le rôle de l’Agence

Une mission d’évaluation des risques et d’appui scientifique sur les vecteurs

L’Anses s’est vue confier depuis le 1er janvier 2018 une mission d’expertise pour l’évaluation des risques et l’appui scientifique et technique dans le domaine des vecteurs. De cette manière, l’Agence assure dorénavant une partie des missions qui incombaient au Centre national d’expertise sur les vecteurs (CNEV). Le périmètre de cette mission englobe notamment :

  • l’expertise collective, ainsi que la veille scientifique et technique en matière de vecteurs, et notamment l’appui aux pouvoirs publics pour la surveillance entomologique ou la lutte anti-vectorielle ;
  • l’évaluation des risques liés aux vecteurs et à la lutte anti-vectorielle (LAV) et plus particulièrement l’étude des couples vecteurs-agents pathogènes, les risques liés à l’utilisation des biocides ou encore l’évaluation de la résistance aux insecticides/acaricides des insectes/acariens vecteurs ;
  • l’animation d’un réseau d’expertise et de lutte contre les vecteurs ;
  • la mobilisation de la recherche par le financement de projets de recherche dédiés à la connaissance des vecteurs ou de la LAV ;
  • l’appui des représentants ministériels au niveau international sur les discussions relatives à l’ensemble de ces thématiques.

Pour répondre aux différentes demandes d’expertise, l’Anses a mis en place un groupe de travail pérenne chargé de réaliser des expertises sur les vecteurs, et dispose d’un vivier des personnes compétentes auxquelles elle peut faire appel pour des expertises ponctuelles.

Des actions spécifiques sur les tiques

Dans le cadre de ses activités de recherche et de référence, l’Anses, via son laboratoire de santé animale de Maisons-Alfort, étudie les agents pathogènes transmis par les tiques, afin de les identifier et de les caractériser dans le but deluter contre leurs effets nocifs.

L’Agence évalue également les risques et l’efficacité des produits biocides destinés à lutter contre ces acariens (acaricides et répulsifs), dans le cadre de son activité d’évaluation des risques.

Enfin, l’Anses est en charge de la mise en œuvre de certaines des actions figurant dans le Plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques piloté par le ministère en charge de la santé.

Consulter notre article sur les tiques et sur les missions de l’Agence.