Manque d’activité physique et excès de sédentarité : une priorité de santé publique

95% de la population française adulte est exposée à un risque de détérioration de la santé par manque d’activité physique ou un temps trop long passé assis. Ces risques sont majorés lorsque le manque d’activité physique et l’excès de sédentarité sont cumulés. Certaines populations sont plus exposées. Promouvoir des modes de vie favorables à la pratique d’activités physiques et à la lutte contre la sédentarité doit constituer une priorité des pouvoirs publics selon l’Anses.

Certaines catégories de population davantage concernées

Aujourd’hui, seuls 5% des adultes ont une activité physique suffisante pour être protectrice.

En effet, en 2016, l’Anses avait identifié le besoin de cumuler différents types et niveaux d’activité pour être en bonne santé :

  • pratiquer 30 minutes, 5 fois par semaine, une activité cardiorespiratoire comme monter les escaliers ou faire du vélo, courir, marcher à bonne allure …
  • effectuer du renforcement musculaire 1 à 2 fois par semaine comme, porter une charge lourde, jouer au tennis, faire de la natation ou de l’aérobic…,
  • réaliser des exercices d’assouplissement comme de la gymnastique, de la danse ou encore du yoga, 2 à 3 fois par semaine.

Nos travaux révèlent que les femmes sont plus exposées à un manque d’activité physique. En effet, 70 % d’entre elles sont en deçà de tous les niveaux d’activité identifiés pour être en bonne santé, contre 42 % des hommes.

Concernant la sédentarité, passer plus de 8 heures par jour en position assise expose à un risque pour la santé. Les adultes à faible niveau d’études et les moins de 45 ans sont les plus touchés.

Des risques d’autant plus élevés que les expositions sont cumulées

En France, plus d’un tiers des adultes cumulent un niveau de sédentarité élevé et une activité physique insuffisante. Ces personnes présentent ainsi des taux de mortalité et de morbidité plus élevés. « Par exemple, elles sont davantage exposées aux maladies cardiovasculaires et à certains cancers. Elles sont également plus à risque d’hypertension ou d’obésité. D’une façon générale, les risques associés à l’inactivité et à la sédentarité sont majorés lorsqu’ils sont cumulés » explique le Pr Irène Margaritis, cheffe de l'Unité d'évaluation des risques liés à la nutrition à l’Anses.

Des risques sanitaires pourtant évitables, par des actions collectives

Bien sûr, l’initiative personnelle occupe une place importante, tant pour la pratique d’une activité suffisante que pour la réduction de la sédentarité.

Mais pour atteindre des niveaux suffisants à l’échelle individuelle, l’Anses souligne l’importance des actions collectives et de long terme par la création d’un environnement global favorable à l’évolution des comportements. Une meilleure prise en compte de la pratique sportive dans les politiques publiques est absolument essentielle pour prévenir les risques sanitaires. L’Agence rappelle que la mise en œuvre de ces recommandations rencontre aujourd’hui des obstacles sérieux qui relèvent notamment de l’urbanisme, de l’aménagement du territoire, des modes de transport et de l’organisation du temps et des espaces de travail ou scolaires.

C’est l’organisation même de nos modes de vies qui est à revoir : que ce soit dans l’espace public, en laissant davantage de place aux mobilités actives comme le vélo ou la marche, ou sur le lieu de travail, en favorisant la pratique sportive et en limitant les temps de sédentarité, ou encore dans le système scolaire en augmentant l’espace et le temps dédiés aux activités physiques et sportives

Pr Irène Margaritis
cheffe de l'Unité d'évaluation des risques liés à la nutrition à l’Anses

Cette étude fait suite à l’alerte émise fin 2020 concernant le manque d’activité physique chez les jeunes et s’inscrit dans la continuité des travaux antérieurs de l’Agence sur le sujet, en particulier ceux de 2016 relatifs à l’actualisation des repères relatifs à l’activité physique et à la sédentarité et ceux de 2020 réalisés à l’occasion du confinement.