Formulaire de recherche

anses

Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

Menu végétarien hebdomadaire à l’école : une première saisine de l’Anses en appui à l’expérimentation

L'actualité a été ajouté à votre bibliothèque

Actualité du 03/11/2020

La loi EGAlim instaure l’expérimentation d'un menu végétarien hebdomadaire dans la restauration scolaire durant deux ans. Interrogée fin 2019 par la Direction Générale de la Santé pour identifier dans les meilleurs délais d’éventuels points à prendre en compte dans cette expérimentation, l’Agence a apporté début 2020 une première réponse fondée sur des travaux existants. L’Agence indique qu’un menu végétarien hebdomadaire peut contribuer à la couverture de l'ensemble des besoins nutritionnels des enfants, dès lors qu’il est équilibré. Sur la base d’expertises plus approfondies, l’Agence a prévu de livrer fin 2021 des recommandations relatives à la composition ou à la fréquence des plats ou repas végétariens servis dans la restauration scolaire.

 

Une série de questions relatives au cadre général de l’expérimentation

La loi EGAlim acte la mise en place à titre expérimental d'un menu végétarien dans la restauration scolaire au moins une fois par semaine, à compter de novembre 2019 et pour deux ans. Pour remplacer les plats de viande ou de poisson, le menu végétarien peut être composé d’autres aliments d’origine animale (laitages, œufs) ou végétale (céréales, légumineuses).

Afin de s’assurer des conditions de l’expérimentation, la Direction générale de la Santé a interrogé l’Anses mi-décembre 2019 pour fournir sous un mois des éléments d’ordre général à travers une série de questions relatives aux thèmes suivants : la mise en place d’un menu végétarien, les protéines d’origine végétale, les indicateurs de qualité nutritionnelle, les plats à base d’œuf et de fromage, les plats à base de soja et les aliments ultra-transformés.

 

Des réponses issues des travaux d’expertise et études disponibles

Compte tenu du délai, l’Anses a mobilisé les résultats de ses travaux, études antérieures et base de données. Il s’agit en particulier : 

Ces premières réponses indiquent qu’un menu végétarien hebdomadaire en restauration scolaire peut contribuer à la couverture de l'ensemble des besoins nutritionnels des enfants, sans provoquer de dégradation de la qualité nutritionnelle de leur alimentation, à la condition que celui-ci soit équilibré et que l’offre végétarienne prenne mieux en compte l’intérêt des apports en légumineuses et en céréales complètes.

 

Des travaux à poursuivre pour aboutir à des recommandations ciblées pour les menus végétariens dans les cantines scolaires

L’Anses s’est autosaisie pour établir des repères alimentaires permettant de couvrir les besoins nutritionnels des personnes qui excluent de leur régime alimentaire tout ou partie des aliments d’origine animale. Le travail d’expertise actuellement en cours inclut une adaptation de l’outil mis en œuvre dans l’expertise de 2016 relative à la définition des repères alimentaires. Ce modèle sera particulièrement utile à transposer au contexte de l’intégration de menus végétariens en milieu scolaire, moyennant des adaptations aux besoins nutritionnels correspondants à l’âge des enfants.

Les conclusions de ces travaux, menés en parallèle de l’expérimentation, viendront compléter les premiers éléments de réponse donnés début 2020 par l’Agence. Leur publication est prévue fin 2021.

Pour l’Anses, la phase d’expérimentation actuelle doit être mise à profit pour collecter des données qui permettront ultérieurement d’évaluer l’impact nutritionnel de la mise en place d’un menu végétarien hebdomadaire en restauration scolaire.