Actualités

Manque d’activité physique et excès de sédentarité : une priorité de santé publique
15/02/2022
Actualités

Manque d’activité physique et excès de sédentarité : une priorité de santé publique

95% de la population française adulte est exposée à un risque de détérioration de la santé par manque d’activité physique ou un temps trop long passé assis. Ces risques sont majorés lorsque le manque d’activité physique et l’excès de sédentarité sont cumulés. Certaines populations sont plus exposées. Promouvoir des modes de vie favorables à la pratique d’activités physiques et à la lutte contre la sédentarité doit constituer une priorité des pouvoirs publics selon l’Anses.
Encourager la substitution du formaldéhyde dans plusieurs secteurs professionnels
11/02/2022
Actualités

Encourager la substitution du formaldéhyde dans plusieurs secteurs professionnels

Reconnu cancérogène au niveau européen, le formaldéhyde, plus communément appelé « formol », doit être substitué par d’autres substances ou procédés pour protéger la santé des professionnels exposés. L’Anses a mené plusieurs expertises pour identifier des alternatives moins dangereuses dans cinq secteurs professionnels. Elle pointe ainsi les leviers et freins à la substitution dans différentes filières. Ces travaux permettront d’appuyer les pouvoirs publics dans la mise en œuvre des obligations de substitution par les employeurs. Ils seront également utiles pour les acteurs de la prévention des risques en santé au travail afin d’accompagner les actions de substitution.
Celles qui font l’Anses : portraits de femmes de science
08/02/2022

Celles qui font l’Anses : portraits de femmes de science

À l’occasion de la Journée internationale des femmes et des filles de science, nous vous invitons à découvrir une série de portraits de femmes qui participent au quotidien à la science à l’Anses.
Maladie de Parkinson : la drosophile comme modèle pour étudier les effets des pesticides
Une mouche drosophile
04/02/2022
Actualités
Laboratoire de Lyon

Maladie de Parkinson : la drosophile comme modèle pour étudier les effets des pesticides

La mouche Drosophila melanogaster peut être utilisée pour évaluer le risque qu’un pesticide induise la maladie de Parkinson. Telle est la conclusion des scientifiques de l’unité Maladies neuro-dégénératives du laboratoire Anses de Lyon, qui ont travaillé en collaboration avec des chercheurs de l’École normale supérieure de Lyon. Par ailleurs, ce travail sur le paraquat a révélé que les effets du produit au niveau des protéines n’étaient pas tout à fait comparables à ceux du vieillissement. Interview de Jean-Noël Arsac, un des auteurs de l’étude.
Brévétoxines : l’inhalation d’embruns peut être responsables d’intoxications
01/02/2022
Actualités

Brévétoxines : l’inhalation d’embruns peut être responsables d’intoxications

Détectées pour la première fois en France en 2018, les brévétoxines sont des toxines produites par des microalgues marines. L’inhalation d’embruns contaminés lors de la baignade ou d’activités nautiques peut provoquer des intoxications. Les professionnels qui travaillent dans des zones contaminées sont les plus exposés, les femmes enceintes ou les personnes asthmatiques étant les plus sensibles. Même si aucun cas n’a été rapporté à ce jour en France, l’acquisition de nouvelles connaissances est nécessaire.
Médicaments vétérinaires : que change la nouvelle réglementation européenne ?
28/01/2022
Actualités

Médicaments vétérinaires : que change la nouvelle réglementation européenne ?

La nouvelle réglementation européenne en pharmacie vétérinaire entre en application aujourd’hui 28 janvier. Le point sur ce qui va changer avec Jean-Pierre Orand, directeur de l’Agence nationale du médicament vétérinaire (ANMV).
L’Anses et la Présidence française du Conseil de l’Union européenne

L’Anses et la Présidence française du Conseil de l’Union européenne

Public :
Dans le cadre de la Présidence française du Conseil de l'Union européenne (PFUE) , l’Anses organise et participe à plusieurs évènements associant agences homologues, partenaires scientifiques et institutionnels. Médicaments vétérinaires, alimentation, substances chimiques… retrouvez les principaux rendez-vous prévus au premier semestre 2022.
Phytothérapie et aromathérapie : adapter l’évaluation des risques en médecine vétérinaire
24/01/2022

Phytothérapie et aromathérapie : adapter l’évaluation des risques en médecine vétérinaire

Les préparations à base de plantes (phytothérapie) ou d’huiles essentielles (aromathérapie) sont des alternatives aux autres médicaments, dits allopathiques, de plus en plus utilisées pour soigner les animaux. Ce constat est valable y compris pour les animaux producteurs de denrées alimentaires. Si les produits ont une visée thérapeutique, ils sont alors considérés comme des médicaments vétérinaires. Ceci implique de pouvoir garantir l’absence de risque pour les consommateurs de denrées alimentaires provenant d’animaux ainsi traités. Cependant, l’application de la réglementation actuelle pour évaluer ce risque est compliquée pour les médicaments à base de plantes. Face à ce constat, l’Anses s’est autosaisie afin de proposer une méthode d’évaluation adaptée aux médicaments vétérinaires à base de plantes.
Traitements hormonaux humains : attention à ne pas exposer les animaux de compagnie
21/01/2022

Traitements hormonaux humains : attention à ne pas exposer les animaux de compagnie

Chez les chiens et les chats, le contact répété avec des substituts hormonaux cutanés pris par leur propriétaire peut provoquer des problèmes hormonaux. Suite à des signalements d’effets indésirables dans plusieurs pays d’Europe, l’Anses-ANMV (Agence nationale des médicaments vétérinaires) appelle à appliquer ces médicaments avec toutes les précautions nécessaires pour éviter aux animaux d’être exposés.

Pages